Les Russes

par Anne-James Chaton

Dans Populations, Anne-James Chaton propose des portraits des peuples d’aujourd’hui en se servant des mots et des regards des écrivains d’hier qu’il détourne à son profit. L’auteur relit de grandes œuvres et y prélève matière à composition de courts récits ou des analyses des caractères de nos contemporains. Le livre rassemble quinze populations et se déploie sur les cinq continents.

.

.

Les Russes sont des gourmets.
Ils aiment les œufs et le pain
Avec du beurre et du fromage
Les fèves pas les sèches cependant
La soupe aux choux mais sans viande
Car elle ne laisse pas l’intestin tranquille
Et surtout ils aiment les animaux.
La viande est pour eux une chose affreuse
La façon dont on tue l’agneau et le cochon
Enfin pour certains d’entre eux.
Ce qu’ils n’aiment pas ce sont les choses mal cuites
Car ils savent combien on a mal à l’estomac ensuite.

Les Russes aiment les chapeaux
Mais pas les chapeaux pour les chapeaux
Pour les personnes qui sont en dessous.

Les Russes aiment tout le monde
Les hommes tranquilles et intelligents
Ceux souriants mais pas d’un sourire affecté
Les gens qui ne font pas semblant.
Ils aiment toutes les formes et toutes les beautés
Même les bossus et les laids.
Ils aiment les aristocrates et les ouvriers
Les pauvres et les riches
Les artistes les écrivains les savants
Les travailleurs les moujiks et les ivrognes
Les cocottes parisiennes
Les hommes jeunes et forts
Les excentriques et les fous
Les enfants et les vieux
Leur femme leur mari
Leur sœur leur mère
Et même leur belle-mère.
Ils aiment les Allemands les Anglais les Polonais
À l’exception des Polonais hypocrites
Les Japonais et les Espagnols
Un peu moins ceux excités par le sang du taureau.
Ils aiment la France et l’Amérique
La Suisse et la Grèce
L’Italie et l’Australie
La Chine et l’Afrique.
Ils aiment la Russie.
Ils aiment les gens
Car ils ne veulent pas leur faire de peine.
Ils aiment toutes les créatures de Dieu
Sauf les célébrités et les individus sans délicatesse
Les parents qui abandonnent leurs enfants
Ceux qui obligent les indigents à creuser la terre
Les actionnaires et les êtres au cœur de verre.
Ils n’aiment pas les gens qui ont des arrière-pensées
Les gens méchants
Ceux qui font semblant d’aimer les simples
Et ceux qui ne corrigent pas leurs fautes
Enfin les femmes qui boivent du vin.

Les Russes aiment l’écriture
Pas l’écriture sans signe dure et molle
Qui complique la lecture
Mais la belle écriture
Celle qui a du sentiment dedans.
Ils aiment écrire proprement sur leurs cahiers
Avec le crayon ou la plume Fountain-plume
À la physionomie noire et profonde.
Elle est très pratique avec son tube à encre
Dont on chasse l’air
Plus commode que la machine à écrire.
Ils utilisent souvent la sténographie
Qui permet de noter les choses rapidement.
Mais ils se moquent de composer de belles phrases
Et peu leur importe la conjugaison
L’important est qu’on les comprenne.
Ils écrivent des vers
Même s’il est très difficile d’en écrire
Plutôt que des romans qui gâchent le sentiment
À l’exception de Tolstoï et Dostoïevski.
Ils aiment lire aussi
Les revues mais pas les journaux
Car ceux-ci sont truffés de bêtises.

Les Russes aiment les choses
C’est pourquoi ils en prennent soin.

Les Russes aiment l’argent
Pas celui qui fait souffrir l’âme
Mais celui qui vient en aide.
Ils en donnent facilement
Mais n’aiment pas les demandes et la mendicité
Pas plus que les remerciements.

Les Russes aiment la nature
Mais pas celle inventée de Darwin.
Ils aiment se promener
Courir dans la neige
En écoutant le craquement de leurs pas.
Ils aiment la terre.
Ils veulent la protéger.
C’est pourquoi ils souhaitent détruire les usines
Car elles apportent de la saleté.

Les Russes aiment les médicaments
Car ils sont une chose nécessaire.

Les Russes aiment plaisanter autour d’un verre
Sans trop boire cependant
En tout cas pas sans raison.
Ils aiment partager et s’amuser.
Ils aiment par-dessus tout être étonnés.

Les Russes aiment arranger les choses entre les gens
Sans nervosité
Car ils en connaissent les conséquences
Et sans jamais s’en vanter
Car ils n’aiment pas la publicité
Pas plus que les compliments.
Ils ont développé leur oreille
Afin de mieux comprendre tout ce qu’on leur dit
D’entendre le sens plutôt que le son dans le sang
Et ainsi défendre la vérité
Plutôt que le camouflage hypocrite.
S’ils commettent une erreur
Ils se corrigent.

Les Russes aiment passionnément l’amour
Celui libre qui excite les membres et les entrailles.
Ils s’allongent sur leur lit
Pensent à des femmes ou à des hommes
Et s’émeuvent eux-mêmes.
Ils aiment aussi être masturbés par leur compagnon
Quelquefois avec deux garçons à la fois
Mais pas avec des skopets aux testicules coupés.
Ils aiment faire l’amour à une femme qui a ses règles
Mais sans jamais donner d’argent
Car alors l’amour disparaît.
Les Russes n’aiment pas le désir
Ils aiment la jouissance que procure la beauté des corps
Car l’esprit en a besoin.
Mais ils aiment aussi l’amour spirituel
Celui qui n’a pas besoin de cadeau
Celui que l’on ne séduit pas avec une bague
Et qui chasse les mauvais sentiments.
Ils cherchent toutes sortes d’astuces
De manigances
Pour qu’on les aime
Car ils aiment être aimés.
Les amants se donnent la main
Et ainsi se sentent bien.
Mais les Russes peuvent aussi être cruels en amour
Et s’adresser brutalement à leur bien-aimé
Le tyranniser par plaisir
À la seule fin de le faire pleurer
Et de se délecter de ses larmes.
Et lorsque l’amour n’est plus là
Ils préfèrent divorcer sans attendre
Car ils n’aiment pas les réconciliations.
Les Russes aiment ceux qui les aiment
Et s’ils n’aiment pas quelqu’un
Ils lui cherchent chicane pour un rien.
Certains Russes pensent que l’amour n’existe pas
Pas sur cette terre
Que seul sur Mars l’amour peut s’épanouir
Car là-bas les amoureux n’ont pas besoin d’yeux.

Les Russes aiment la morphine
Car ils n’aiment pas la douleur.

Les Russes aiment les arts
Surtout le théâtre de Shakespeare
Le théâtre de la vie tout en rond et sans coulisses.
Ils aiment les pianistes qui jouent avec les sentiments
Pas la musique machinale de l’intellect.
Au concert ils chantent les notes
Et entonnent les chansons.
Ils aiment l’art vivant
La danse et les ballets russes
Pas l’art des siècles passés
Des musées à l’odeur de cimetière
Mausolées de la vieillesse de l’esprit.
Les Russes aiment la photographie
Nombre d’entre eux ont un appareil.
Ce qu’ils n’aiment pas c’est la critique
Car ils la trouvent inutile.

Les Russes aiment le feu qui réchauffe
Pas celui qui détruit des vies.

Les Russes n’aiment qu’une seule politique
Celle qui protège les États des guerres.
Ils n’aiment pas les polémiques
La propagande et les discours bêtes
Les doctrines et les mensonges
Les sujets sans aucun but
L’esprit de parti.
C’est pourquoi ils n’aiment pas la géographie
Qui dessine les frontières.
Ils aiment les idéaux dont on ne parle pas
L’idée que la terre soit un État unique.

Les Russes aiment la vie de famille
Entourés de leurs enfants
Et de leur chien
Avec lesquels ils jouent
Mais pas de chat plein de poux
Car ils trouvent ces animaux sales.
Ils aiment le calme de leur maison
Pas une maison construite bêtement
Une maison équipée d’objets perfectionnés
Seulement ceux-là nécessaires.
Assis confortablement
Vêtus de leur pyjama
De préférence sur un fauteuil dur
Dans leur chambre à part
Ils passent leur temps à regarder les murs et le plafond.
Les Russes ont l’habitude de vivre seuls.
Ils sont casaniers
Et refusent souvent les invitations.
Ils n’aiment pas qu’on les dérange
Et ne répondent pas au téléphone.
Ce qu’ils n’aiment pas
C’est de se disputer avec les domestiques
Mais tous les Russes n’ont pas de domestiques.

Les Russes aiment la vie
Mais pas la vie hypocrite.

Les Russes aiment Dieu.
Ils aiment le Christ aussi.
Mais ils n’aiment pas prier.
Ils n’aiment pas la religion ni les églises
Parce qu’on n’y parle pas de Dieu
On n’y fait que gêner ses buts
Et s’ennuyer
Sauf si l’église est couverte d’icônes d’argent.
Ils n’aiment pas le christianisme
Et ne lisent pas l’Évangile
Préférant écouter les histoires du révérend père.
C’est pour cette raison qu’ils n’aiment pas l’astronomie
Car l’astronomie ne donne pas l’idée de
Dieu Même s’ils aiment observer la lumière des étoiles.

Certains Russes aiment la mort
D’autres non.

.

.populations

Extrait de Populations, février 2022.

.

.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s