Blog

Ou l’exil

[édito] par Guillaume Condello . Une légende veut que Li Bai se soit noyé dans un lac en tentant d’y attraper le reflet de la lune. Il faut dire qu’il devait sans doute en tenir une carabinée : le poète, sur notre terre exilé, a suffisamment chanté le vin et l’ivresse pour que les autres versions […]

Lire la suite Ou l’exil

Des peaux de savoir (4-5)

par Martin Rueff. Lire les autres épisodes. . . Pour la forme . . Rappel Une formule au tour kantien avait été proposée dans le feuilleton précédent qui situait l’effort du poème. Il y a poème quand les conditions formelles de l’énonciation de l’expérience du sujet correspondent aux conditions de l’expérience du sujet de l’énonciation. Une glose précisait : […]

Lire la suite Des peaux de savoir (4-5)

Montpeyroux (1/2)

sonnets inédits de Marilyn Hacker traduits de l’anglais par Pierre Vinclair . . July. The air is thick. I’m out of sorts with my ankles, knees, wrists, with my spine that’s fusing into something that’s not mine, or not my body, functional. Resort to pills, to naps, a vegetative state wanting a summer afternoon again […]

Lire la suite Montpeyroux (1/2)

Nourrir la pierre

par Bronka Nowicka. Traduit du polonais par Cécile Bocianowski. . . Prologue La tristesse m’enseigne que je sers à vivre.– Quand tu manges, dit-elle, rappelle-toi de mâcher et d’avaler, c’est tout. Parce que, vois-tu, les cheveux poussent sans ton aide, on respire et on dort tout seul, et les yeux savent quoi faire pour se […]

Lire la suite Nourrir la pierre

Exil

par Conrad Aiken. Traduit de l’anglais par Pierre Vinclair . .   Collines sablonneuses. Arbres rabougris. Ici, les corbeauxLugubres croassent dans des ciels à l’éclat aride,Gémissent dans les pins poussiéreux. L’aube jauneÉclaire sur les longues pentes brunes une rosée épaisse Comme du gel, aussi lourde que la pluie ; les pistes qu’y tracentLes lapins ressortent […]

Lire la suite Exil

La Divulgue (1/5)

par Guillaume Artous-Bouvet. Gravures : « L’Apocalypse » d’Albrecht Dürer . Où boise, boise blanc, n’engrave densité. Ciels qu’emmurent les siècles, sauf trait. Noir d’empeigne : insistance. Comme estampe de fièvre, au martyr : s’émeuve blessement. C’est lumière meurtrie, ou clarté fortifiant ce que voir. Tresse ensoleillement, tant qu’efflore un tissu d’éclaircie. Advers, empâte d’arbre : rien que racine d’air, […]

Lire la suite La Divulgue (1/5)

Habiter à Dité, 3

par Guillaume Condello. Lire les épisodes précédents . . Retour route. Au loin, vois : la plaine où tu déboules, Boues toxiques, fumées des usines – ravage Sans carnage ? Vers l’Est c’est un mur qui s’écroule, A l’Ouest, rien. Et partout c’est un seul paysage Nu. Des machines anonymes y travaillent. Labourent les sillons, imposent quadrillages, […]

Lire la suite Habiter à Dité, 3

Poetic Transfer, 2

Traductions de Céline Leroy. Lire le premier épisode . . Deux poèmes de ROSS GAY . Patience Dites paresse ; dites mollesse ; dites flemmardise à votre guise, moi je dirai patience ; je dirai joie, pour parler de ça, de ma conférence donnée couché en compagnie de l’herbe tendrement poussée et des scarabées qui crécellent par-dessous moi dans […]

Lire la suite Poetic Transfer, 2

Duel au siècle d’or (2/2)

Duel au Siècle d’or : Góngora contre Quevedo  Sonnet traduit de l’espagnol [1] et présenté par Pierre Troullier. Lire le premier épisode. . « Le monde où il vivait était triste. » Cette phrase tirée de L’Histoire de l’art d’Élie Faure [2] vous est peut-être familière : Belmondo, prenant un bain, la lit à Anna Karina dans […]

Lire la suite Duel au siècle d’or (2/2)

Rien n’est clair

par Levin Westermann. Traduit de l’allemand par Marina Skalova . . rien n’est clair, jamais simple.percevoir les regards en ornements, des motifs abstraits,l’ordre des œillets. renvoyer du doigt à l’élégancedu vol d’une mouette. pas de sons de flûte, pas de confessions,pas de demande d’amour, pas sur cette photo. je connais les gens,ils portent les corps […]

Lire la suite Rien n’est clair