Catastrophe dans la tonalité (1/2)

par Michèle Finck

.

 Arnold Schönberg

Quatuor à cordes n°2 op.10 [1]
Quatuor Arditti 
Dawn Upshaw

                                                

       

       

Avoir   toujours su   que ce quatuor   m’était   destiné.

L’avoir respiré    à plein poumons.   

Quatuor – ange   couvert d’yeux   grands 

Ouverts.  Certains perdent cils   et regardent   

   Vers le passé.   La plupart     cillent   vers   l’avenir.

Quatuor – précipité   de l’histoire    de la musique.

Deux premiers mouvements : encore   la  Sehnsucht.

Lave composée    aux confins  de la tonalité    élargie.

Etirement élégiaque   des cordes   en suspens.   Fa dièse

Mineur irradie   incandescent   dans l’humus sonore.

Sont encore   presque tous là   les repères acoustiques :    

Retiennent  de tomber    du rocher de la musique romantique

(Encore le voyageur   de Friedrich   méditant noir)    

Dans le vortex natal      de la musique moderne. 

.

            Mais  écoute :                                Schönberg    est    enceint

.

            Il désapprend : l’acquis.   Il désire :   l’inné.

Soudain   troisième mouvement :    glace-feu    se disloque.

Musique   veut     métamorphose.         Aimer

Chez Schönberg :   le moment    où    sable mouvant cérébral

La tonalité   vacille.     Va basculer. Vacille.         Saisissement :

Surgissement                     inouï     de la voix de mezzo-soprano.

Bouleversement de l’équilibre sonore.    Chancellement.   

.

           Ecoute :                                                 Schönberg   hésite

.

Suspens.        A l’intersection   entre   tonalité et  atonalité.

Vertige crânien    au point de rupture :

« Lang war die reise, matt sind die glieder,

Leer sind die schreine, voll nur die qual.

Töte das sehnen (…) Nimm mir die liebe ».

Arrachement    des racines tonales   dans gorges ouvertes.

« Nel mezzo del camin di nostra vita »

Là où tout à coup     pieds nus     ne peuvent plus   

Marcher    et vont peut-être    nuit    voler décoller    hors.

Poème :   immersion totale   dans la musique.

.

            Ecoute :                                                    Schönberg    hésite   

.

     Suspens    de tout le passé

Du haut de quel plongeoir mental   va-t-il   se jeter ?

Tous garde-fous   laissés   derrière lui

.

Fœtus d’un nouveau monde

.

quatrième mouvement :         aube atonale                  grâce cosmique

premiers pas   étonnés émerveillés             dans l’inconnu galactique

plus aucune   note   ne domine   l’autre   ni tonique

ni dominante   démocratie astrale   dans la cité invisible de la musique

dissolution de la tonalité        suspension    au-dessus   du gouffre

dans la délivrance   de toute pesanteur     lévitation   par spirales lentes

jusqu’à   écouter        respirer        les planètes 

__________________« ich fühle luft von anderem planeten »

.

.

Poèmes de Stefan George extraits de Der siebente Ring (Le septième anneau) :
– « Litanie » : « Long fut le voyage, les membres me pèsent,
_________________Mes malles sont vides , pleines seulement de souffrance 
________________________________________(…)
_________________Tue le désir (…) Ote- moi l’amour »
– « Eloignement » : « Je sens l’air d’autres planètes »

.

.

[1] Dans ce deuxième quatuor (1907-1908) Schönberg bascule de la musique tonale à la musique atonale.

[Illustration : Peinture d’Arnold Schönberg]

.

.

Un commentaire sur “Catastrophe dans la tonalité (1/2)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s