Le Livre des Amis & des Ennemis (1/3)

par Claude Minière

« Mes paroles sont puissantes dans les deux mondes.
J’abaisse l’injuste victorieux
Et je redresse le faible bafoué. »
(LIVRE DES MORTS DE L’ANCIENNE EGYPTE)

.

.

1. Le vent est incertain
il souffle dans la coursive ce matin
porte de l’aube
il est changeant comme ceux dans le vent
il balaie la poussière

.

.

.

2. Mes défauts ont été balayés
j’entre et sors à mon gré

.

.

.

3. Ici commencent les chapitres

.

.

.

4. Ceux qui abîment la langue française
tombent dans le camp des ennemis
et voici que se déroulent devant moi
les actes de justice
____________________je tiens la balance du jugement

.

.

.

5. Ceux qui sont emplis de haine
je les mets dans le groupe des ennemis
les amours et les haines parleront par ma bouche
Ce qui vit en moi je le rends manifeste

.

.

.

6. Les fleurs sont mes amies
elles sourient par leurs noms en échos
hibiscus eucharis marjolaine coquelicots
nénuphars et jasmin
elles viennent comme offrandes
au sixième jour de la semaine

.

.

.

7. Pour ceux qui maltraitent les animaux
il n’y a pas de mot
ils n’ont pas fait l’étude de la solitude

.

.

.

8. Ils méconnaissent la fraternité
elle est rhétorique politique
Frère loup sœur tourterelle
François est un ami fidèle

.

.

.

9. Je m’obstine affreusement à adorer
la liberté libre
les ennemis voici leur nom les rétrécis

.

.

.

10. Si l’on récite le chapitre qui précède
on pourra sortir vers la lumière du jour
on connaîtra jadis et l’avenir toujours

.

.

.

11. Qu’ils fassent des propositions
qu’ils se déclarent !
qu’ils voient la Terre dans son ensemble
et ce qui semble l’Unité

.

.

.

12. Ils tuent les enfants du Yémen
ils privent le paysan des ses oliviers
ils agitent l’air en brouhaha les affairistes
en tohu-bohu ils piétinent l’amen

.

.

.

13. Ils volent le pollen
ils affament les abeilles
ils assèchent la treille

.

.

.

14. Ils rasent la forêt
ils chassent les indigènes de leur domaine
les indigènes ingénus en palabres
aux poteaux de couleur aux pieds nus

.

.

.

15. Pars ! Recule ! Va-t-en ô Apopi
tu veux être populaire
une autre vision est venue depuis

.

.

.

16. Le démon à tête de serpent
je le démonte
________________il n’allait pas droit

.

.

.

17. Les amis trouvent leur voie
un ami suivra ma voie
les ennemis sont brouillons

.

.

.

18. Les poètes sont des amis de la vérité vraie.
Soyez fermes sur vos Trônes
Forcez le passage
___________________l’avenir fleurit à votre rencontre

.

.

.

19. Affectueusement j’entoure de mes soins
le souvenir de Noémie et de Marie
j’ai grandi à leurs seins
je suis le saint en prière sur la terrasse
je suis le savant qui nettoie les rivières
qui sait l’éternité et passe

.

.

.

20. Le Christ capture les démons
il marche et combat au nom de la critique

.

.

.

21. J’accomplis en paix mes révolutions célestes
je poursuis le voyage au-delà de la fin

.

.

.

22. Dans ma barque céleste je traverse les régions
d’amis et d’ennemis
je donne des ordres aux petits dieux désordonnés
je poursuis ceux qui rôdent parmi les lis
d’émeraude

.

.

.

23. J’abandonne toute rage
je reprends le voyage avec courage
mon nom est mon nom transposé chaque fois

.

.

.

24. Je réunis les paroles de puissance
le non-fini

.

.

.

25. Recule, démon à la tête de crocodile
édile des hypocrites

.

.

.

26. J’ai la maîtrise des formes et des métamorphoses
mon cœur se trouve à sa juste place

.

.

.

27. Je défends l’héritage, son établissement
je réprouve ce qui vient de mes ancêtres
leurs faux serments l’ignorance de l’Etre

.

.

.

28. La route est une amie
à travers la multitude
j’ai avec moi les dieux rigoureux et plaisants

.

.

.

29. Ceux qui ignorent les lois de la vie
deviennent ennemis de la vie
ils s’en prennent au néant
ils sont fainéants

.

.

.

30. Les arbres sont des amis
ils se tiennent
________________tournés vers le ciel et la terre
à mi-chemin

.

.

.

31. Je circule indemne au milieu
des divinités flamboyantes
je fais jaillir les sources
je tire les verrous de la Porte ouverte

.

.

.

32. Ce dont on ne peut parler il faut le taire
salut, ô doux jésus
je salue oui ton intelligence trinitaire
des paraboles

.

.

.

33. Après le grand écroulement des mondes
j’y suis
je suis le gardien du livre du destin

.

.

.

34. Je franchis la barre
des discours précautionneux
je noue les noeuds coupe
la couverture des taiseux
les habitudes mauvaises de la littérature

.

.

À suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s