Partance

Par Philippe Fumery

.

.

sur le départ
ne sais ni l’heure ni le jour

sur le quai les billes de chêne
le bois de charpente

raclent les pavés de grès
les ancres forgées

grands travaux dans le port
la citadelle

caravelles par dizaines
dans la rade rassemblées

les mâts balancent
voiles carguées

le bois craque
il gèle à pierre fendre

toute la forêt craque
froid intense

la glace prend les rives
les bassins

sur les quais
quilles posées sur les tins

même bois
mêmes formes

l’étrave pièce par pièce
côtes d’un torse à demi redressé

nefs en chantier
charpentiers perchés

scieurs de long affairés
échelles échafaudages

martèlement incessant
résonne dans le port

les carènes la poix fumante
l’écorce des chênes du tronçais

mon père repose
sous les dalles bleues

la grande nef
au cœur de la cité drapière

ombre de son ombre
mettre ses pas dans ses pas

.

.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s