Phrases traversées par ta voix (1/2)

par Serge Ritman

.

.

___________________à Yann Miralles
si tu pousses la romance
elle te donne étrangetés
comme excès trop simples
dans ma phrase, un racontage
chantonné vite sans paroles
m’accorde à ta rime catalane

(reprise première : )
tes résumés de romans
et ces misères de ma vie
entrent en correspondance
jusque dans ce bout de phrase
qui se répète en dictions
confuses, relation à la longue

(reprise seconde : )
tout l’intime du commun
de ta romance, et sous la phrase
un air que je ne m’explique
pas comme un ressouvenir
pour renouveler le vers
sublime et modeste de ta voix

___________________entre Mallarmé et Verlaine
petits désespoirs de tes
libertés confinées et
petites mouches de tes
nuits blanches qui tachez
les rêves de mes phrases
malades, sonnez l’alarme

entre deux averses je cours
vers quel souffle coupé
pour trouver les éclats
de tes yeux ensoleillés,
toute une phrase traversée
par l’appel de ton avril

___________________5 mars 1871 (naissance de Rosa Luxemburg)
si c’est le banc qui face à
l’océan nous tient le regard
vers quelle utopie d’entrevoir
une vague solidaire,
alors cette phrase l’inquiète
d’un battement de silence

le jaune révolté des genets
pendus à la dune dévale
vers l’océan comme si cette
phrase préférait la pauvreté
de ses tenants, les aboutissants
mènent tout droit à tes yeux

___________________lisant DES IMAGES COMMUNES
_________________________(lundimatin#279, le 14 mars 2021)
ils nous regardent de loin
ces hommes droits sur barricade
tenant tête aux bourgeois qui
les reconnaissent encore fait
une phrase, elle m’arrête si je
te prends en photographie

la fleur des rois dit-on
ce matin partout rhizome
dans un arc-en-ciel
d’irisation, quelle phrase
reine viendra alors
te couronner de cet air

les petites ombelles jaune vif
des lauriers sans distinction
mâles ou femelles sous le soleil
me donnent envie d’une phrase
lauréate, je t’en couronne
comme nouvelle Daphné

___________________Marcel Courthiade s’est éteint le 4 mars 2021
_________________________à Tirana (Albanie) à l’âge de 67 ans
des élèves relégués au fond,
j’ai découvert une langue
européenne encore
ignorée et rêvé un peuple
dans cette phrase rromani
pour écouter Esma* avec toi
___________________* Esma Redžepova

___________________18 mars 2021
l’aube est une parole éter-
nelle donnée ce jour anni-
versaire mon cher Hugo
oui je préfère ton aurore
à ton progrès, ma p’tit phrase
continue luttes et rêves

seul devant le mur à crépir
la pause de l’ouvrier hier
mangeant une banane
et buvant un thé vert,
je te salue dans une phrase
pleine de mains solides

du banc, la mer ne se voit
ce jour de plafond trop bas
et tu comptes les bernaches
qui couinent au loin pendant
que ma phrase grave et plaintive
tente d’imiter leur vol

___________________en lisant un entretien de Milo de Angelis
_________________________avec Alberto Russo Previtali (Milan, juin 2020)
le poète du fleuve voit
la rive du lac dont
le poète fixe les chan-
gements mais Tsvetaïeva
s’est suicidée, ton temps
emporte ma petite phrase

___________________en lisant le Dictionnaire de la Commune
_________________________de Bernard Noël à l’article « Penser »
comment ont-elles ont-ils
tenu à Satory face
au mépris de galonnés
éructant un « feu ! » que ma
phrase pleine de Commune
ne peut arrêter, qu’avec toi

.

.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s