Au premier rang

Par Olivier Domerg

.

.

J’ai donc déplacé chaises et table dans le champ,
car, si nous chantons toujours, à notre façon,
nous sommes au premier rang, et plus dans le hors,
mais bien sur ce motif manséen, qu’à l’envi
nous détaillons, sous tous ses aspects, ses ressorts,
ses coutures, le plus exhaustivement et
le plus rigoureusement soit-il, de peur de
rater quelque chose, de passer à travers
un trait, un trope, un truisme, un trapèze là où
on voyait une pyramide, une chaude
trappe ou un mauvais trip, un travestissement
ou même une truanderie : on n’est jamais
à l’abri d’un glissement métaphorique,
d’un fourvoiement ou d’une illusion d’optique !
D’où qu’on en récapitule les éléments
caractéristiques, qu’on en rabâche les
schèmes, que l’on en dénombre sans arrêt les
attributs, les attirances ou les attraits ;
et que l’on recompte, sans cesse, la somme
des bosses et rebonds, des creux et crevasses ;
et que, revérifiant encore sa justesse,
l’on fasse et refasse cette règle de trois
des « trois sommets » qui en fondent l’élégance,
en paraphent l’appui, et parachèvent Manse.

.

Mais bientôt, avec le déclin du jour, avec
l’accumulation nuageuse et le plafond bas,
quelque chose s’appesantit. On a perdu
profondeur et netteté depuis des heures,
on perd maintenant le trait, le fait singulier
et la vision d’ensemble. Ça bave et s’aggrave !
Ça s’agrège, s’agglutine, se dégrade.
Blafard et comateux nous volent la note :
Plus de désir ? Plus de connaissance dévote ?
La lividité fait place à la viduité.

Perdant la possibilité de dissocier,
On perd le disparate, la capacité
à distinguer. On perd la grande distinction
de Manse, son grain, son détachement,
sa fondamentale « voluminosité »,
ainsi que la clairvoyance unique de sa forme
(la ligne de Manse comme ligne de chance).

.

Voici l’infamie tranquille du fumeux,
Et l’emmurement stérile du vaporeux.
Tout se superpose, pêle-mêle. Tout prête
à confusion : le même tue le même.
Nous cauchemerdons dans la molle indécision,
quand l’inséparable devient l’irréparable.
Toute présence gommée, puis réfutée,
nous sommes pris aux rets de l’inconsistance ;
le sens se voile, fragilisé par l’absence :
Il n’y aura que le noir pour nous en sortir,
Le secours de la nuit pour effacer l’ardoise ;
Le secours de la nuit pour effacer l’ennui.

.

.

[ chant un – Au premier rang ]
Lire [ tenir la note, 1 – Au cul de Manse, 16 avril ]
Lire [ prose une – Les Marcellins ]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s