Dité, 7

par Guillaume Condello. Lire les épisodes précédents

.

.

Le vent te souffle ces mots. Quitte ton lieu superbe,
Descends, là où ça grouille : monde et lumières
Clignotent au bord de la route en un verbe

A déchiffrer. Faire ? Produire ? Faire produire, hier
Comme aujourd’hui : par la vitre de la voiture
(te revoilà dans le flux) une basse cordillière

De hangars en tôle étire sa côte, son long mur
Bariolé devant l’eau. Tu t’arrêtes, les magasins amorcent
Un paysage ; tu repars, et la vitesse fait une mixture

De coulures Fondues NAC, IK, lettrEs Aux couleurs torses,
DéGueuLI M DégOuLinant, C& l’Architecture
De fer blanc fuit. Le trafic t’arrête encore, et sans force

Tu regardes : c’est la ZAC, que le soleil obture,
Gros néon rond accroché au faux-plafond du ciel.
Les magasins beuglent, et sur les devantures

Tout doit disparaître. Regarde, passant, le matériel
De vivre. Ce qu’on dit. Les corps hagards
Errent, laissant là, depuis des temps industriels,

Toutes leurs espérances. Plus loin, ton regard
Attrape les usines, ou elles : poussières dans l’œil
Du couchant, pleurs ou rage dans le soir, plus tard :

Depuis des siècles et le reste, nus ou en cercueils
Les corps s’accumulent, retournent à la matière, la terre
Et sa physiologie de mines – on n’en fait plus le deuil,

Sinon en histoires – on dit science, par économie :
Des nations la richesse est trempée à cette forge
– Ou de leur portion congrue, austère et fière

Pointe de la Raison éclairée : Adam Smith ! ta gorge
Roulait le chant usé d’un labeur divisé et, lyrique !,
Fabulateur laborieux brassant en une bouillie l’orge

Des raisons nourrissant une si riche éthique,
Au métier à tisser les discours, répétait
Que Les vices privés font la vertu publique,

Et que l’homme jadis par défaut de monnaie,
Une abeille sans fric, faisait du troc, encore
Ignorant du bonheur pour quoi il commerçait.

La circulation reprend, ironique, et meut ton corps,
Marchandise transitoire – sans valeur ni usage
Propres. Les immeubles de bureaux font un décor

De miroirs où la balle du soleil rebondit et frappe
Ton visage à travers les verres et les fumées du flux
De bagnoles, et dessine, géométrique, un mirage :

Dans les reflets brisés parfois un employé afflue
A la lumière, agitant des feuilles blanches,
Muet derrière la glace. Il bouge avec l’influx

Du scanner, ajoute du papier, en retranche.
Au-dessus, un business angel est hanté
Par le souci, en conf call sous les branches

D’un ficus en pot. Un autre se fait une spécialité
De leur planter des têtes d’épingles sur le crâne.
Leur rendement suit, méthodique, l’intensité

De la lumière sur la façade. Tu devines en filigrane
Le back office, ses replis de recoins étanches
Aux regards, ses couloirs aux milliers de chicanes.

Ta voiture avance avec tout, la clim s’enclenche
Dans l’habitacle, et tu regardes sans comprendre
Les bâtiments qui s’accumulent en avalanche.

.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s