La Divulgue (5/5)

par Guillaume Artous-Bouvet. Gravures : « L’Apocalypse » d’Albrecht Dürer. Lire tous les épisodes.

.

.

Dürer_Apocalypse_13

Vulves-tu ciel ou soit, ou soit foule de lèvres. N’hurle effluve de barbe et de peau : utérine, longtemps. Sel odore matin mesurément. Moussent blessent blessées. Cartilages commuent. Tout, rouvroir, est-ce viol : âtre théorétique. Us, marcheurs. Bômes bômes qu’adresse : un désir. Elle assise, au bétail. Proche un fait de volaille, graissé : nu, d’autruche. Naisse nombre des faces. Naisse noir. Aube monstre de gueules, dans l’air. Insourires rompus, décornant. Becquent énucléant, dans les yeux. Y, bestiaire, que dise : chèvres, chats : blasphémés. Y tumeurs, où dégorge. Y, la merdre animale, orgasmique. Une a chevauchement : d’amazone, cuisant. Ou de jupe de peau, n’offusquant. Sourde un ciel, ou qu’éventre : outre cuisses. Elle tend le vaisseau commercé : ou le solde du fruit. Des vits viennent, debout, comme incombent couleurs. Stères d’homme, orthoptiques bandés. Or, bévue. Petite masque morte, échevèle lumière absolument. Effrontée littérale, où se lit : « Mère mère des miels abjectés : Babylone ». Œil, encore. Basses menthes, qui boivent. Une terrasse d’ambre, ajournée. Bus, roseaux. Bue l’enflamme des feuilles, dans l’eau. Ô, bue l’ombre. N’hume beige, léché, d’après langue de sel et lumière : altérant. Nus nerfs d’assolement, sur la terre. Ô, nue l’heure. Meule, au cœur : catastrophe lamée. Des vagues mangent monde, oxydable.

Dürer_Apocalypse_14

Innude au ciel, un fils : ou brûle d’être père, afférant. Pulvérule, le feu : lumière, ô vibrement. Tout, fracté, d’incendie : fût de foudre solaire, spasmé. Berce faux de fission. Plombe, soie. Ourle l’affre de pierre, au précieux. Fables font : des gestiques drapées, d’air en air. Quelques d’assolement, raisinés : comme vêtent vêtures : à genoux. Comme qui bruissent bas : comme encore charroi, prosterné : comme peau de palabres. Humant : comme encore vertèbre, où ponctue. Ce sel : gravissement comme d’ongles. Soit septaine cabrée de silence, ou que ronronnement ronge gorge, dedans. N’ébruite qu’idiome. Tout, à gueules de laine. Incise compte crânes : en chien pur, au vertige : en lièvre exorbité : en dû chevrotement : en lion d’huile, serti : en nuque seulement : en aboi de viscères : en brutale becquée. Nimbe nimbe n’asseye : un ennuagement. Pâte pleut. Bues, labiales. Sucre, un ciel, où bleu d’œuf enneigea. Alors comme ceci : ceci, ceci, ceci : comme fauve ouvre pluie, hautement : dû, gravi. Éminence ruée, en arrêt. Herminé, dense, dense : châle, sauvagerie de la boucle. Arroge embaumement, de la corne de corne : ô, phanère. En redite, grenouille : « ô que vêtent vêtures : ô que bruisse le bas : ô que sourde charroi : ô que peaussent palabres ». Agneau, brutalement : envers viande des foules : à demain.

Dürer_Apocalypse_15

Innove au blanc : ceci. Aube acharne, tu sais. Aube, au nu. Une foudre d’oiseaux grammatiques. Arbre, a sang : comme ascendent, nervées, les promesses. N’abrase surrection, de la feuille fantôme. Rotules, d’horizon : n’eussent strates, glacis. Non qu’arroge prière, au loin pur. Ô, cuissage de pierres, sais-tu. Ô, l’innu. Lente lente veloute, forêt : lente stèle du vert. Lente, scrutation. Où foisonnent, mammaires. Herse, au lieu. Apurante la ville lentement : la merveille murée, qui s’abat. Bulbe, d’empierrement, dans le tiède : en vitrail. Y, dormance tuilée. Y, rousseurs, comme cousent. Y, le rite où respire. On suture la faim. On maisonne les ciels, et comme calcifiant : en voussures. L’ange aux lèvres de soif a passé. L’œil a lieu. Clos jaspé, d’évidence. Face tellure plie : comme boue mouvemente douceur. Bas d’herbage : ô falaise, peignée. Dense, à peine, pour pas : comme d’aile appesante. Il : a plomb : monde loin : bu, brouillard. N’envoûte penchement. Clé : tenir, et tenir, si magnétiquement : dégrave panneton. Terre, en trou, comme gonde dedans. Basse bête chaînée, dégradable : muscule, croupissant. Engravée : botte blanche, griffue : ongulante poussière, du vœu : soufre d’œil : une face, cabrée : cunnilingue. Tronc femelle s’écaille lourdement. Coule, en coffre, le joug : où diabole ridée rit encore.

.

.

.

3 commentaires sur “La Divulgue (5/5)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s