La Divulgue (1/5)

par Guillaume Artous-Bouvet. Gravures : « L’Apocalypse » d’Albrecht Dürer

.

Où boise, boise blanc, n’engrave densité. Ciels qu’emmurent les siècles, sauf trait. Noir d’empeigne : insistance. Comme estampe de fièvre, au martyr : s’émeuve blessement. C’est lumière meurtrie, ou clarté fortifiant ce que voir. Tresse ensoleillement, tant qu’efflore un tissu d’éclaircie. Advers, empâte d’arbre : rien que racine d’air, et comme vitrifiée. Un charroi de visages : par appliques de peaux, sur dais d’os. Ou faces rotuliennes. Œils : croisille de hontes, non bues : en silence orthoptique. Dol majeur, époumone, à promesse de voir. Les plis veloutent poids, de dignité : comme empire d’hermine et de chair ouvre monde. Un trône bu s’attend. Patience de paume indexée, puisque sceptre démuscle la force. Il regarde le lieu de la douleur : singe d’huile qui verse sa brûlure. Torve crispe le geste d’incendier. Gisent, accessoirement : des matières. Chiffre chien, comme noue et renoue : dévisage animal. Et la lame dormante angulée. Agenouille le feu : qu’adosse contraction du seul souffle. En, machine. Ou quoi capture d’air. Oui, bûcher : fleur de feu qu’ineffeuille. Arbrant : flamme née flamme, au ciel. Hante, nu : sous la coupe du cuivre, chaudronnée. Us de chair brève, assis dans la brûlure : en lèvre lente d’huile. Un seul saint, dans le vierge : sourde prière à peine du seul ciel. Décille au blanc, le trait : de paupière versée. N’œille au lieu, monde même.

Paupière, ciel de peau, comme rouvre. Un tissage du trait, cimentaire : mure, éden. Illumière, cela. Éveine, l’invisible, en son fonds. Ceinte, l’irisation : nuages de nuages, faïencés. Y, pourtant ce poumon d’évidence, qui boit. Dégrave dite, voix : comme cuivre de langue, en latin. Une lave, labiale lourdement. Ou d’eau grande, roulée : dérochée. Nulle lame de bouche, aciérie. Ô : nul silence d’il. Inenfance d’un fils, qui de neige ou de laine élucide. Et plus que térébré, à pupille. Vœu, divulgue : ascription, silence. Profondes, fleurs de forge : comme en ciel, joncheraie. Bronzes singulatifs, effilant : des cires verticales, promises. Moins que flamme indurée : moins qu’une aube de soif. Soient sept, où qu’arque bleu. Sept : écluses du vide, vitrées. Sept : empierres des ciels. Faire fils, maçonnés : tant qu’assemblance noue. Paume, a feu. N’est-ce pogne étoilée, à la foudre de peau : plus que peau. Sel, assigne le nu. Un floconnement dur, de lumière, tenue : une aperture d’outre : un plumage du dieu, manuel. Cinglent sept, angéliques. Non poudrin : mais la règle d’englace en astrée. Il : œuvrant immatière, au morfil. Cline, ceint, sous tissu : ce que pèse. Plombe la vision, qu’éblouit : au sillage de l’œil. Mante, au nu : tissant quand même chair : us, léchage. Couds, le tact, à la peau de la peau. Au martyre de l’aube, penchant : bourre d’ombre.

N’œille encore, dedans, où dégonde. Braise, nuagement. Implosive, la fève fusse feu. Dû, que boute la pierre et la pierre assoiffant. Qu’épaississe, le hors. Effeuillement, saisons, dans le ciment d’un froid. Monde, essart : xylogramme. Ciel œuvre brûlerie. Père comme jaspé : assises de lumière, qui lavent : un viol vert arde blanc. Où qu’incille vitré. S’apprivoisent, corps d’yeux : muscles troués d’iris, insolemment : tout cil, éberlué. Nouées d’ailes, des chairs : qui furent : et furent forme, et seront. Races saignent au livre : rouge, animalité. Plus, ployés : des visages de terre, avivant. Rides ferves, quand forgent. Où sol feule, sous sel, une lande qui reste. Ici, bas : bas ici. Évidence enterrant aube d’arbres. Cette cire, ce feu :  noces nues de poussière. Y qu’incise surgir. Y qu’argente la gouge, en lumière. Ébrèche, maintenant : ce que monde. Nue d’incurve, ablution de nature pâlie, maintenant. Extravaguent falaises : afférant : qu’onde creuse, instruisant la basseur. Ou le lieu de maison nuagée : bipèdes, surrections. Trois, verdeurs intensives : une boucle de bois, déflorée : gramine, émargement : fûts d’affre ascensionnel, où s’escarpe. Y douve dite douve, halte lac. Tue, césure d’un pâle, à moitié: dite ciel. La hantise compose. Des pontages de plume, habitant. Ici même qu’ici. Incante, barbacane, où l’offense involue. Y la tour erre, à ciel. Spire dans : qu’invisible.

.

.

[Illustration de couverture à partir d’un tableau de Rothko]

Un commentaire sur “La Divulgue (1/5)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s