Poetic Transfer, 2

Traductions de Céline Leroy. Lire le premier épisode

.

.

Deux poèmes de ROSS GAY

.

Patience

Dites paresse ; dites mollesse ;
dites flemmardise à votre guise,
moi je dirai patience ;
je dirai joie, pour parler de ça,
de ma conférence donnée couché
en compagnie de l’herbe tendrement poussée
et des scarabées qui crécellent
par-dessous moi
dans leurs offices, alors qu’en
dérive à la limite du rêve
j’admire cette herbe qu’on dit mauvaise qui,
si je protégeais babines retroussées
mon jardin de toutes ces espèces allogènes,
si je n’étais que couteau et hache
et passais ma vie à tailler,
n’aurait pas explosé en beauté ni appelé
ces genres de pousses phalliques
enguirlandées de ces genres de fleurs vaginales
que les jeunes abeilles étant abeilles, remarquent ;
Et oui, c’est le printemps, si vous n’avez pas deviné
aux mots avec lesquels mon esprit s’ouvre
au monde, et tout
m’ouvre l’appétit un peu
beaucoup — le ver qui tourne
dans le terreau de la feuille ; les fleurs de poiriers
hurlant leur âcreté
comme un chœur de jeunes éjaculateurs nocturnes
soulevant leur aube ; mais aussi
le déhanchement du chat d’à côté
par le grand sourire de la clôture
et la façon dont cette abeille
devant moi après avoir murmuré
à mon oreille plonge la tête
entre ces lèvres délicates
pas vraiment comme on entre dans une chapelle
et mes amis
si ça n’était pas assez
la voilà qui s’épanouit le front poudré de rose
à croire qu’elle a été léchée
et donc bénie
par le genre de dieu
pour qui ce poème est prière.


Ode à la flûte

un homme chante
en ouvrant la
bouche un homme
chante en ouvrant
les bronches en
se changeant en air
une flûte peut
être faite d’un homme
rien n’est expliqué
une flûte est posée
sur le côté
et prie pour qu’un souffle
la traverse
et qu’en sorte
au moins
un dernier petit chant

*



Deux poèmes de CURTIS BAUER

.

Selfie avec vent

J’étais invisible aujourd’hui et j’ai prononcé
de longues phrases convaincantes
que personne n’a entendues. Les feuilles de chêne
ont chassé d’un bruissement
la chaleur. Peut-être était-ce
la poussière qui prononçait mon nom
ou le souffle profond d’un figuier de barbarie
avant qu’un autre bourgeon n’explose
au bout de ses épines, mais le vent ne m’a pas
effleuré le dos, ébouriffé les cheveux.
C’était un mot vide et je suis aussi vide
qu’un baril de pétrole rouillant
en bordure d’un champ perdu
fragile, cabossé, plus vide
qu’une excuse donnée
comme une permission ou après coup.
Ce soir une chienne m’a embrassé le poignet.
Elle était la première à s’adresser à moi
mais la nuit était si profonde
qu’elle a dû penser l’air
porte un écho
, peut-être a-t-elle pensé
à quelqu’un passé
des heures plus tôt à l’odeur sur la clôture
de l’allée, ou à l’annonce
d’un homme approchant depuis l’obscurité.

.


Commencer par une feuille d’eucalyptus

Une amie m’a envoyé la Grèce par courrier.
Elle a commencé par une feuille

fragile et verte et âcre, comme
séchée sur une terrasse en bord de mer.

Puis elle m’a envoyé un caillou
qu’elle avait desserti du mur de sa chambre.

Elle l’a pris avec elle à la plage, l’a lavé
dans la mer. J’en goûte encore le sel.

Des semaines sans une lettre et aujourd’hui
une mince enveloppe dans la boîte.

Elle a griffonné ces quelques mots à la main
en lieu et place de l’expéditeur :

Ouvre-la dans une pièce au calme quand
tu te souviendras que tu ne l’as pas encore ouverte.

Je la comprends. L’enveloppe
était remplie des bruits

de Naxos la nuit — un voyageur tardif qui laisse tomber
son sac, un crabe qui se hisse sur un rocher.

Sa dernière lettre n’est jamais arrivée. Le facteur
a dit qu’elle était trop volumineuse et m’a tendu

un récépissé jaune et froissé qui sent le romarin
et me démange les doigts dès que je le touche.

Je prends des couleurs quand je m’en saisis. Il est rangé
dans un tiroir de mon bureau que j’ouvre quand j’ai besoin de chaleur.





Un commentaire sur “Poetic Transfer, 2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s