Catastrophes dans la tonalité (2/2)

          

par Michèle Finck

.

Arnold Schönberg
L’Echelle de Jacob[1]
Oratorio – Fragment
Siegmund Nimsgern Pierre Boulez
Ensemble InterContemporain___ BBC Symphony Orchestra

 

 

 

1

Gabriel : « Ob rechts, ob links, vorwärts oder 

Rückwärts, bergauf oder bergab –man hat

Weiterzugehen ohne zu fragen, was

Vor oder hinter einem liegt »

.

Orchestre     sous haute     tension. 

Tout     n’est que par     la tension.

Fusion fulgurante     du combat et du songe     de Jacob. 

Lutte  de Schönberg               avec l’ange.     Inachevée.

Texte et musique     sortis brûlants     de sa tête.

On entend     couler la lave                  du crâne.

Sept ans     pour composer. Mais que     des fragments.

Ecoute    l’archange Gabriel     au sommet de l’échelle 

Admonester     sans pitié      ceux qui sont sur les marches.

Destin de l’être humain :     l’échelle     toujours

L’échelle.     Nul ne sait     sur quel barreau il est

Ni où il va.     Nul ne saura jamais.     Chacun : 

Somnambule    sur un barreau.     Atterré  face au vide.

L’archange : Voix dure.     Apre.    Heurtée. Syncopée.

Voix cingle     comme fouet sonore et rythmique.

Voix marque les êtres     frappés au fer rouge.

Vie :     Tout n’est que par violence.     Où 

La douceur ?     L’archange nous admoneste     tous :

L’insatisfait.     Celui qui doute.

L’heureux.     Les indifférents.     Les résignés.

L’appelé.     Le rebelle.     Le lutteur.     L’élu.

Le moine.     Le mourant.     Toi   Moi   Accrochés

A l’échelle     dans le vide.     Toi  Moi  Tous.

Nous sur les barreaux     l’archange nous violente

Avec le tison     chauffé à blanc     de sa voix.

Violence     calcinée vive     dans une unique

Série de six sons consécutifs :        L’hexacorde.

     Ut dièse – Ré – Mi – Fa – Sol – La bémol.

L’hexacorde :    Echelle acoustique.

Chaque note :    Barreau de l’échelle.

Au commencement     est l’hexacorde.

Ostinato au violoncelle.     Le feu     de l’hexacorde

Met au monde     l’œuvre.    Mathématique inouïe :

Prémonition     d’un nouveau  monde sonore ?

Musique est question.     Vie : question.

Chaque barreau      nouvelle question.

Pour nous    sur les marches entaillées     de l’échelle

L’archange     est sans    compassion.     

Comment  ici     ne pas penser     à toi 

Rainer Maria Rilke ?     Tu le dis à Duino :

                              « Jeder Engel ist schrecklich »

                              « Tout ange est terrible »

Schönberg et Rilke :    tout à coup     anges frères

Debout     sur mon épaule     qui en tremble  

Gabriel : « Que ce soit à droite ou à gauche,

En avant ou en arrière, vers le haut ou

Vers le bas – il faut poursuivre, sans poser de questions,

Ce qu’il y a devant ou derrière vous ».

.

.

2

_____Chor (in vielen Gruppen) :         

« Der unerträgliche Druck… !

             Die schwere Last… !   

             Welche schrecklichen Schmerzen… !

                  (…)

              – – – – – –

Ohne zu fragen ? »

.

Chœur :     condensé     de la destinée humaine.

Plainte sourde des têtes.     Lave acoustique de la douleur.

Sortie du volcan des crânes     debout     incandescents.

Au commencement :     Plainte chuchotée     presque

Inaudible.     Souffrance âpre     broyeuse de têtes.

Trop violente pour être articulée.     Spasmes âcres

De mots étranglés   parvenus avec peine     au murmure.

Peu à peu     voix enflent     jusqu’aux cris

Gutturaux     entremêlés sans distinction.

Une seule masse confuse     torturée    corps

A corps.     Cris à cris.    Vie : onde de cris

Qui gonfle et dégonfle     par convulsions.

Jusqu’à ce que     la moelle de l’os crânien     se retourne

Sur elle-même     et retombe     en murmures.

En mutisme      dans les bouches cassées.

.

Vie :     écartèlement mental     entre mutisme    et cri

Et soudain ce trou     dans la partition :      silence

En mémoire     de chaque mort                    oublié

Schönberg aiguise     silence     comme un grand couteau

Avant la surrection sonore    jusqu’au

Cri :                    « Ohne zu fragen ? »

           Vie :     Résistance

           Soulèvement       Par la question

.

Chœur (en plusieurs groupes) :

« L’insupportable pression… !

Le lourd fardeau… !

Quelles effroyables douleurs… !

                  (…)

– – – – – –

Sans questionner ? »

.

.

[1] L’Echelle de Jacob (laissée inachevée) est le moment où à la fois Schönberg s’affranchit de la tonalité et accomplit la transition entre atonalité et dodécaphonisme.

[Illustration : Peinture d’Arnold Schönberg]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s