Mains positives (2/2)

par Guillaume Métayer. Lire le premier épisode.

.

.

Trois temps

Ne laisse pas ton visage se construire en trois temps. Douleur, dépassement et cette joie cimentée. Je ne veux pas te voir cet enclenchement, le même dans tous les diaphragmes, toutes les mâchoires. On garde sa jeunesse dans l’œuf de sa souffrance, entre les mains d’un égoïsme. Ne pose jamais sur nous ce sourire gris.

.

Fleur

La fleur des cimetières, c’est le parapluie. Les biologistes et les amoureux en papier savent la reconnaître. Elle paraît parfois aussi dans les gouttières. Pousse dans des rues rendues couloir aux quatre miroirs par la pluie de fin de printemps. Quand elle éclot, elle vrille comme une danseuse et, en une touche de vent, s’envole du souvenir où un baiser la fixe.

.

Plat

Le calme plat que sera la tempête. Le thé dansant que sera le rempart. Alors qu’importent les commandements. La vie n’a pas pour chemin favori la loi. Celui qui porte l’épée peut aussi apporter le jour, nulle ne l’oublie jamais. Je le garderai, dit Lucy – comme elle l’a toujours fait. La graine efface l’ogre. Das nur eine Lösung hat.

.

Avent

Les gens qui toute leur enfance ont fait de l’ombre sur les calendriers de l’avent, respiré fort sur l’épaule des illustrés, promené le compas du moment importun, joué au seigneur acajou des étages blancs, ont aussi appris que les tourniquets accélèrent le temps, que les paniers à salade envolent les petits garçons, que l’on peut trouer la terre aux coups d’une seule pioche, laver dans les reptiles ses mains invulnérables, brader ses doubles pour donner le change le cœur paisible. Et ils comprennent qu’il est temps, grand temps de tenir un siège dans la deuxième salle de bain, là où tous les secrets se disent à la bougie.

.

Véhicule

L’écho des cloches ce matin révèle la proximité de la banquise. Le son est l’un des treuils des choses mais il n’est pas le seul : il y a aussi la neige, tandis que la pluie le plus souvent éloigne, étire les distances qu’elle balaye à coups d’averses. La bruine est le véhicule de quelques happy few, leur brume de sept lieues. Entrées et sorties s’y font à loisir tant qu’elle tient, mais gare à ne pas demeurer au loin quand elle s’évapore. La bruine qui s’est retirée du métro aérien l’a rendu fou.

.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s