Les genoux les gestes (2/3)

LES GENOUX LES GESTES (2/3)
(saturday night)

.

par Yann Miralles. Lire le premier épisode

« L’enfant chante en parlant. Il est tout langage. Non, tout est dans son langage. Les gestes de son corps parlent dans une écriture qui danse. L’air est sa page : sa voix avale le monde. L’enfant lui parle en chantant. Il naît au monde de l’enfant en prenant tout de cet air, de cette voix. Un chant peut-être. Comme le vent dans les roseaux. Le vent dans les ailes jusqu’au Sinaï. »
______________________________________________Serge Ritman, La réciprocité

.

.

ou dire l’aguet le C’est quoi ce bruit ? le doigt
sur le tragus et l’index
vers là-bas.

c’est alors
dans le samedi soir silencieux
_________que seuls les insectes brisent brièvement ou quand même

l’explosion des oiseaux dans les arbres, leurs cris rapides les corps lestes, qui vont et viennent d’une branche à l’autre, de fourrés à fils électriques, et les arbres en effet ces jours-ci ont des yeux, les feuilles des oreilles qui frissonnent, tout ça tout ça

qu’on n’entendait plus, qui s’ébroue
avant de nouveau le silence
du samedi soir, c’est alors

que s’élève dans l’air le dj set du voisin, que le son
fait cercle concentrique, que
ça tape partout dans le quartier – que chicago
ou detroit télescopent soudain
le patelin nôtre et font
assauts de beats, sauf

quand s’immiscent les ânes, chèvres, cheval, moutons, brebis, bouc d’à côté, leurs bêlements hennissements au milieu des samples –

oui c’est alors

que ton balancement s’impose & te voilà
baby clubber soudain.
soudain ça bouge
dans le plié-déplié des genoux
la puissance motrice l’ex-
tension de tes jambes.
ça fait
l’impression la ponctuation
nouvelle l’épaisseur
de pas seulement
des ronds
que tu fais tournant presque
sur toi-même
cercle restreint certes cyclone
petit de tes gestes aussi dans ma gorge
ou la tête de tous côtés
lancée pas seulement
dodeliner créer
le creusement
encore
mais lire l’up & down
de la ligne

.

(comme ces paroles ces jours-ci : femmes visages baissés, paupières de pierres lourdes, ensevelissement
____versus
________l’éveil encore !) :

te voilà
dansant debout
& nous aussi.

.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s