Victoriennes, 9

par Frédéric Laé. Lire tous les épisodes.

.

.

 

Florence Nightingale (1820-1910)

Aux firmans répondent les firmans, aux oukases les mêmes oukases. Rois-mages croisés Grand jeu, l’Orient est compliqué à Bethléem le Sultan a fermé l’Église de la Nativité. L’astre des discordes flotte très loin au-dessus des lieux saints, et ses fusées d’alarme éclairent au nord par-delà le Bosphore jusqu’aux pieds des Carpates. Le Tsar veut sa guerre. À la fin de l’été 1854, débarquent en baie de Kalamita les armées françaises et britanniques venues défendre la Sublime Porte contre la menace russe. Mais la Crimée est une étoile inversée dont les branches souillées infectent zouaves autant que généraux. Typhus et choléra tuent plus sûrement que les combats, et l’hiver sous les miasmes s’annonce long pour des soldats terrés dans les tranchées qui zigzaguent en flèches brisées devant Sébastopol. Le siège de la ville est le cœur ouvert de la guerre moderne, d’où fusent les lignes de télégraphe que les premiers correspondants de presse saturent de comptes-rendus. Les photographies suivent. On évacue les blessés britanniques vers Constantinople où l’hôpital militaire est un cloaque, pareil. Les hommes se vident en quelques heures de leurs entrailles : flot de selles et de sang qui laisse sur les civières tout juste les peaux et les os qu’aucune lumière ne relèvera. Pour parer au désastre sanitaire, la Couronne missionne quarante infirmières emmenées par une jeune surintendante, Florence Nightingale, qui a dérogé à la haute bourgeoisie quand des voix célestes lui ont intimé de soigner les plus faibles. En quelques mois, elle réforme l’hôpital de Constantinople, fait percer des fenêtres, curer les égouts, dégager les carcasses de chevaux qui obstruent l’arrivée d’eau ; elle organise la rotation des lessives, le changement des pansements et la nuit, réapparaît au chevet des malades une lampe à la main, saisie dans le clair-obscur comme une ange veillant sur les songes de Joseph endormi. Surtout, elle amasse des données qu’elle récole en tableaux statistiques. Quand elle revient à Londres, les corps éprouvés des soldats se sont évanouis pour laisser place à de simples bâtons agrégés en une démonstration chiffrée, qui seule parle à l’entendement : mortalité à l’hôpital de Constantinople lorsqu’elle prend ses fonctions 427 pour mille, mortalité au poste sanitaire du front pour la même période (groupe contrôle) 27 pour mille ; cause de mortalité principale à l’hôpital : par maladies zymotiques (infections évitables) 16 000 morts, par blessures dues aux combats 2 000 morts ; effondrement de la mortalité par infection : de 2 800 morts en janvier 1855 à 500 morts en avril, après mise en œuvre des mesures d’hygiène. Ces résultats parsèment les 600 pages de son rapport, qu’elle accompagne de graphiques synthétiques en crête-de-coq où sont reportés mois par mois, tournant autour du centre du schéma, les chiffres de mortalité colorés de bleu, rouge ou noir selon la raison des décès. Data-graphics élégants, qui servent un plus vaste projet : convaincre les gouvernants qu’une politique de santé publique est indispensable au Royaume-Uni, ce qui implique la création d’un vrai corps d’infirmières formées aux techniques du soin, toutes dévouées et vierges. La Nightingale Training School ouvre en 1860 au St Thomas’ Hospital de Londres. Le portrait de Florence Nightingale orne la une du Times, elle inspire gravures et goodies kitch célébrité qu’elle fuit dès qu’elle peut, confinée dans sa chambre à rédiger des manuels para-médicaux ou voyageant sous un nom d’emprunt, Mrs Smith, telle une anonyme diluée dans ses populations, faible parmi les faibles qui n’ont d’autre force que la puissance du nombre.

.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s