Poésie & cinéma

par Pierre Vinclair

.

.

Paterson, de W. C. Williams, est sans doute parmi les livres de poésie, l’un des plus beaux. On peut y lire, dans l’oubli de toutes les chapelles, une alliance parfaitement aboutie entre l’expérimentation formelle et la narration, entre la promenade urbaine et l’écriture de soi ; un manifeste à la fois lyrique et distancié ; le magnifique testament, enfin, d’un auteur ayant su mettre la virtuosité formelle au service du réalisme le plus touchant. Toutes qualités que rend parfaitement la traduction qu’en a publiée Yves di Manno en 2005 (après une première version en 1981).

Tout le monde le sait, Jim Jarmusch a réalisé récemment un film éponyme qui a eu son petit succès. Quoiqu’il n’ait, paraît-il, que peu de rapport avec le poème de Williams, il en a tout de même relancé les ventes. J’écris « paraît-il » parce que je ne l’ai pas vu. Mais même pour qui ne l’a pas vu, les questions se posent : quels rapports entretiennent au fond la poésie et le cinéma ? Y a-t-il un lien entre ce qu’on appelle l’image ici et l’image là ? Aime-t-on un film comme on aime un poème ? Écrire un scénario, cela ressemble-t-il à écrire un sonnet ? Une performance est-elle un jeu d’acteur ? On parle de « cut-up » et de « montage », n’est-ce là qu’une métaphore ? Ou peut-il y avoir identité de geste entre ce qui se déroule sur un écran et ce qu’on peut lire sur une page ? 

Pour répondre à ce genre de questions, au lieu de commencer par voir Paterson de Jarmusch, ce qui aurait été l’attitude la plus sensée, j’ai bêtement ouvert L’Image-mouvement de Gilles Deleuze. La lecture de ses premiers chapitres m’a embarqué vers une question beaucoup plus générale : « quel est l’objet du poème ? », me déportant sur un autre chemin depuis lequel j’ai perdu le fil, ou plutôt la bobine du film. 

Nous avions pourtant dit, à Catastrophes, que nous consacrerions le numéro à ce qui rapproche la poésie et le cinéma. Mais je n’y connaissais rien ; il m’aurait fallu une vie de cinéphile pour seulement essayer de commencer à y répondre. J’ai donc préféré les confier à des poètes qui, du fait de leur travail, de leurs études ou de leurs goûts, ont quelque chose à dire, et à nous apprendre, de leur rapport au cinéma. On trouvera dans ce numéro six pièces (entretiens, note, lettre) à verser à ce dossier, ainsi qu’un sentier critique par Laurent Albarracin, sur Cinéma de l’affect de Sandra Moussempès. 

.

.

Téléchargez Catastrophes 24 au format pdf
Accédez au sommaire

.

.

[Illustration : photogramme de Paterson, de Jim Jarmusch]

3 commentaires sur “Poésie & cinéma

  1. Wow, Pierre, Guillaume, Laurent, Je crois que ce 24 est l’un des meilleurs numéros de *Catastrophes* ! Bravo ! Et merci ! Je sauvegarde ça sur l’ordi portable pour pouvoir tout savourer tranquillement ce soir dans mon lit. You made my day, and saved my evening! Take care,

    Sabine

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s