Le Livre des Amis et des Ennemis (3/3)

par Claude Minière. Lire le premier épisode et le deuxième.

.

.

70. Un scarabée s’enfuit dans l’allée
je crois qu’il porte un message

.

.

.

.

71. Un oiseau arc-en-ciel apparaît
il apporte des nouvelles
un surprenant pays était l’Amazonie
un dieu à tête de coloquinte est en train de le détruire
des flammes sortent de sa bouche

.

.

.

.

72. Dans ma main repose le destin du présent
je sors de l’immobilité afin que mes membres
ne pourrissent
_______________et le texte renaît

.

.

.

.

73. J’ai ajusté mes vertèbres contre les ténèbres
j’apporte des offrandes
et passe à l’écart des ordures

.

.

.

.

74. JE est le scribe à mon service
il m’accompagne ici avant au-delà
il se montre d’une neutralité absolue
ni ami ni ennemi

.

.

.

.

75. Des ennemis sont morts cette nuit
quelques amis sont toujours vivants
la guerre continuera

.

.

.

.

76. Dans les chambres tendues de tissu étoilé
l’être est la nourriture de l’éternité

.

.

.

.

77. Enfant j’ai écouté aux Portes
ce que disent les dieux quand ils parlent entre eux
dans leurs conversations sacrées
ils disent le message n’est pas passé

.

.

.

.

78. Voici que j’arrête ma navigation
je regarde de tous les côtés et cherche une entrée
faisant un effort je me tiens debout

.

.

.

.

79. Je suis juge de moi-même.
Qu’en pensera le Juge ?

.

.

.

.

80. Au Juge :
mon seul péché apprendre trop lentement
j’ai perdu du temps

.

.

.

.

81. Vois bien, je suis humble devant la Vérité :
la beauté de ma pensée est à couper le souffle
et reprendre la respiration un peu plus loin
au début de la ligne que je veux littérale
elle avance téméraire en spirales
dans l’expérience
car nous ne savons pas toute la matière
ni toutes les vitesses de la lumière

.

.

.

.

82. Tous les garçons étaient passés
par la vulve d’une femme
et ils ont crié parmi les parfums

.

.

.

.

83. Des amis seront un jour cadavres
comment je supporterai ça ?
Ils trouveront un havre de paix
et de nouveau s’incarneront

.

.

.

.

84. ils reposeront sur un tapis de cyclamens

.

.

.

.

85. Cyclamen de Naples, de Perse…

.

.

.

.

86. Il n’y a plus personne
tous les ennemis morts et damnés
ne vivent que les amis
ils sont âmes qui vivent

.

.

.

.

87. les trompettes sonnent
nous faisons une fête à Paris
nous voyons les millions d’années
et les cadences des hirondelles

.

.

.

.

88. Ma femme est une belle combattante
de la pluie elle est en attente
elle protège les oiseaux
elle marche pieds nus dans la nuit vive et lente
en compagnie d’un Ange aux grandes ailes

.

.

.

.

89. Notre Père est dans les cieux
notre Mère au bord de la mer
tout le monde est heureux
quand le monde est en ordre

.

.

.

.

90. Mon cœur me vient de ma Mère céleste
mon autre cœur vient de ma vie sur terre.
Que de faux témoignages ne soient pas
lancés dans la balance !
Que la musique me donne raison !

.

.

.

.

91. J’ai de nombreux quinze
août derrière moi
aux nombres premiers
les fillettes portaient des fleurs
dans les cheveux des lys
ornaient les autels et les tables

.

.

.

.

92. Deux messagers vont à l’avant
l’un s’appelle Musique
l’autre a pour nom
Ton visage tourné vers la vérité~justice.
On ne pourra me ravir mes ravissements

.

.

.

.

93. J’ai traversé un pays
où l’on coupe les pieds les mains les têtes
j’ai traversé un pays
où l’on torture les journalistes
j’ai traversé un pays
où les enfants sont des esclaves
j’ai traversé un pays
où il n’y a jamais de fêtes

_____________________________j’arrête ici la liste

.

.

,

.

94. Je séjourne dans un pays aux monuments fabuleux
aux peintures de montagnes et prairies
de fontaines et musiciens réunis

.

.

.

.

95. L’atome temporel me frappe au ventre
au genou à la tempe
comme les rayons du soleil
et comme la merveille des merveilles

.

.

.

.

96. J’arrive maintenant à l’Ouest
à la belle Amenti et l’océan céleste
Est-ce que cette petite Terre
ne sera pas un jour à nouveau submergée ?

.

.

.

.

97. J’ai conduit à son terme la nuit
le circuit est déjà long

.

.

.

.

98. L’Amazonie n’est pas l’Amenti
mais elle était magnifique
mon livre brûlera aussi

.

.

.

.

99. Je n’invente rien je suis Sage
la vie est plus longue que la mort
ou la mort, oui, on vous l’a déjà dit
fait moment de la vie, un passage

.

.

.

.

100. On vous l’a déjà dit
mais voilà l’étonnant
je le sens derrière les yeux
et vois du chemin les jalons
à vrai dire seulement jusqu’ au tournant

.

.

.

.

101. Ce livre enseigne les métamorphoses
par lesquelles passent le corps et l’âme

.

.

.

.

102. Que ce que j’écris courre dans mon chant !

.

.

.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s