Tout est normal, 10

Par Guillaume Condello. Lire ici les autres épisodes

.

.

sous le soleil qui
________lui barre
la tête elle se tient
________pudique
cachant sa nudité blanche comme l’écume
________antique
issue de cette chair qui jamais ne mourra
________son corps
fragile mécanique abandonnée à l’eau
javellisée à froid devant la laverie
________attend

hdr

________et là
le calligraphe inscrit la beauté à ses pieds
________(je lis) :

________-_Vénus de Botticelli attend
________depuis 1485 que son linge
________soit lavé et séché…
________… ici c’est fait en
________moins d’une heure !

***

j’avance
m’arrête interdit devant

bdr

la porte
de fer des enfers
d’un parking payant
devant
________passage
________________pisseux
agenouillé les mains jointes
sur mon smartphone
l’appareil fait le bruit d’un appareil

photo
________une ombre
je me retourne

________la femme attend aimable-
ment je
souris
________oh pardon, merci, mais c’était trop beau, hein, je pouvais pas laisser passer ça ! Ah ? Oui, people need poetry c’est beau, hein ? Ah oui ! Oui, les gens ont besoin de poésie, hein, non ? Ah, oui … une part de rêve !
elle s’éloigne et je note
cela
mon téléphone
________intuitif
________me propose
________d’écrire :
« Une part de
________pizza »

***

j’avance
je sens
le poids
du temps
sur mes épaules le soleil
frappe
et mon fils
et le poids du monde sans doute
ma tête
tourne
mon fils
________mange
________________une glace
dans mon cou elle coule
comme la sueur
comme l’humidité sur les murs décrépis
comme fond le temps
comme les glaciers les mers les fleuves et tout ce qui s’écoule dans le chuchotement des choses
comme la terre et son noyau de métal qui bat la mesure sous la croûte
________________terrestre qui résonne infiniment travaillée et les villes qui s’y accrochent comme des patelles
dans le ressac des siècles les rues les avenues les bâtiments toujours plus hauts et les usines enfin désertées
comme les marées des hommes et des femmes suivant les cycles de la lune aveugle
comme les époques que l’on enterre à regret les tombes ornées « avec de l’ortie, et du chardon »
et celles qu’on voudrait crever la gueule ouverte
comme celle qu’on voudrait que nous disions nôtre
comme «Eux qui sont innombrables
________________comme les fourmis dans la terre …»
et qui retournent dans la terre accueillante et noire comme un lit douillet ou un bain bien chaud
comme les montagnes les vallées les fleuves et les tas de sable que nous y arrachons
pour les entasser________plus loin________en pyramides
sous les étoiles muettes
comme les calottes des pôles les océans les continents dépeuplés et les îles englouties sur des cartes anciennes
dans l’écume blanche
comme le chant général________des oiseaux
comme les monuments aux moments oubliés ceux qui n’ont même pas eu le temps d’éclore
comme la forme de nos gestes dans l’air
comme cette forme parfaite du geste quand on frappe une balle ou que l’on écrit un poème
et que l’on échoue________encore
comme les corps que l’on serre
ceux que l’on blesse et tous ceux que l’on voudrait réparer ceux qui avancent ivres dans le noir
comme l’herbe sous la houle inversée du vent
comme le soleil voilé
comme les mains de mon fils sur mon cou
collantes et roses
________comme les mots que l’on jette
au hasard des vagues
________qui sait
s’ils atteindront Cythère
et feront pousser des fleurs
________sous leurs pas

***

les enfants endormis le poète feuillette
________en vacances
on a le droit de se détendre n’est-ce pas ?
________juste un peu
de la presse
________que l’on dit
________________féminine
on y lit
________des choses
elles ne sont pas toutes futiles

bty

***

sur le dos
________flottant dans
le silence bleu
d’un ciel inversé
________chloré
au milieu des canards, des licornes fluos
eux aussi sont gonflables
________________les nuages
ils passent comme moi
________________les nuages
les merveilleux nuages
________________au-dessus

– qui peut bien se soucier de ce qu’ils vont penser ?

.

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s