Tout est normal, 7

Par Guillaume Condello. Lire ici les épisodes précédents.

.

.

L’ordre des choses

.

.

assis dans le couloir
un baladeur CD
sur les oreilles

regardant passer le temps

et les gens
les cheveux longs
une parka de
______l’armée
française récupérée
______sans doute
pour son symbole
inversé sans doute
trop courte
______aux bras
et au ventre rien
d’autre que
le trou foré par
______la rage
blanchie
de l’ordre des choses

dis donc c’est violent c’que t’écoutes ! avec un sourire euh oui sans doute un sourire déjà sous le charme viens ! et les écouteurs enlevés d’un seul coup le calme on est tous là-bas les conversations et
l’ordre normal des choses le silence retrouvé
éternel oui
allé avec le soleil et
______les autres là-bas
un acouphène peut-être et
(souriante sans doute
______elle ne voulait pas entendre)
les mâchoires serrées
écoutant
______la musique
des conversations
pour défaire
______inlassablement
____________le monde
et le remonter

parce que nous n’avions rien
contre quoi nous révolter
ni aïeux ni
______Général ni
père de chair

ni aux cieux
nous les avions tués
(disaient-ils)
______avant nous
nos pères et
nos mères
(disaient-ils non
tous n’ont
______pas fleuri
sur les pavés –
c’était
______il y a
trop longtemps)
rien ne restait
sinon

l’ordre éternel et insupportable des choses
telles que la vague nous les avait laissées
______dans son reflux
sa musique désaccordée
______aux sphères
comme un héroïnomane sur un plateau
télé : Iggy
Pop :
Le punk rock, j’vais vous dire : « punk rock » c’est une expression utilisée par ceux qui n’y connaissent rien… euh… pour parler d’une musique… qui charrie l’énergie, les corps et les cœurs, l’âme, le temps dépensé, la pensée, de jeunes hommes qui lui donnent ce qu’ils ont… qui lui donnent tout ce qu’ils ont…
these young men
avec la certitude grise
innommable
dans le couloir____ gris
passant en file en
silence
sous l’horizon insupportable
de l’ordre
des choses : everything that’s rotten
Vous voyez, ce que… vous considérez comme un gros paquet de bruit dégueulasse… est en réalité l’œuvre magistrale d’un génie :
______moi.

(c’est-à-dire______personne
c’est-à-dire
le porte-parole __.de tout
ce qui se tait
en-dessous)

Et cette musique est si puissante qu’elle est tout à fait hors de mon contrôle et euh… quand je suis pris par elle je ne ressens ni le plaisir ni la douleur, ni physique ni spirituelle.
______(sous les sphères
______les poings dans les poches
______regardant
______ce monde innommable
______certains disent
______capital
______ou
______néolibéral
______peu importe
______dévaster le temps
______dans les rues
______nous ne le savions
______pas encore
______mort
______et ressuscité)
Do you understand what I’m talking about? Have you ever felt like that? Comme quand… comme quand… vous ne ressentez plus rien et
d’ailleurs vous ne le voulez pas non plus.

______sans pouvoir

dire ce dont il s’agit
This is all bullshit !
comme la prof demandait : « qu’est-ce que vous en pensez ? » (en anglais) This is all bullshit et je ne comprenais pas, je n’avais pas suivi, je ne comprenais pas pourquoi elle avait vomi cette phrase postillons crachats les lèvres se courbent vers l’intérieur avant d’exploser avec bullshit ! pourquoi le « b » on dit consonne occlusive je dirais
explosive______dans la classe
______silencieuse
je ne comprenais pas bien pourquoi
elle s’était révoltée comme ça
vous sortez, maintenant elle avait parlé français (la prof) This all bullshit elle avait sans doute besoin de parler français pour s’énerver bullshit ! je ne comprenais pas pourquoi j’entendais encore la phrase comme elle sortait comme elle s’énervait en français en écho elle avait dit vous sortez, Guillaume accompagnez-la à la vie
scolaire en vérité ce n’est pas un lieu pour la vie
c’était elle
qui marchait vivante devant
______décidée à refuser
je la suivais ses cheveux roses
j’étais admiratif______bullshit !
de son anglais de son charisme de sa rébellion je ne comprenais pas
pourquoi
______elle marchait le couloir était vide
autour d’elle
elle pouvait être rebelle les poings serrés
je lui ai demandé :

« qu’est-c’ que ça veut dire ce que tu lui as dit ? »
C’est qu’des conneries ! Je n’ai rien répondu
dans le couloir je n’arrivais pas à penser
qu’on pouvait penser
_______________________qu’on disait des conneries

à l’école

on y fourrait entre les pages
des manuels______tout
les monde se dépliant comme
un livre pop-
up pour
enfants très sages______nous
le regardions fleurir

au pied des immeubles gris aux
cages d’escalier______édentées
tout près
où des types étaient échoués
après que la vague s’est retirée
assis
toute la journée sur
des canapés______troués tuant
le temps les fleurs
nous y allions acheter le frisson
d’une barrette
de shit
de l’autre côté du livre

dieu y était mort je me souviens
il restait
______son cadavre puant dans les rues
(il n’était pas encore ressuscité)
sur les tableaux à la télé
dans les musées les concerts pour
la faim dans le monde contre
le racisme et le front national contre
le chômage et l’individualisme
contre la disparition des
industries il aurait fallu
toujours être contre
______tout
les bateaux les gosses qui crevaient dessus fuyant la guerre civile et les autres dans le sable leurs ventres noirs gonflés par la faim les mouches leur bouffaient les yeux au JT oh change-moi ça pendant qu’on mange quand même et les sacs de riz sur l’épaule une écharpe des casques bleus sous le ciel gris c’était juste à côté les trous creusés on revoyait les mêmes images en boucle pendant qu’on mange, bordel et les trous dans les murs je les ai vus quinze ans plus tard toujours au bordel même endroit comme un mémorial

______il fallait bien
se trouver
______une excuse pour être
face à l’ordre insupportable
impuissants sommés
d’être libres insoumis nous
nous révoltions
le samedi soir

dans le bus qui nous ramenait du lycée des filles pleuraient elles étaient déjà habillées de noir le 8 avril 1994, nous n’avions pourtant jamais parlé de lui un électricien et de sa musique le corps de Kurt Cobain, leader du légendaire groupe grunge Nirvana sur les titres des journaux et surtout à la radio on entendait …la musique et l’histoire des années 90. Je ne l’avais pas vu venir Tragiquement suicidé, je ne savais pas si je devais la prendre dans mes bras que cette lettre d’adieu adressée à un ami nous n’étions pas assez proches d’enfance imaginaire :

nous imaginions

le silence étranglé
dans l’écho
la détonation du fusil

en pleine tête éclatant
de lumière la surface
nue de l’eau______comme
la plaie
brillante se referme et
avale
couronné tête
en bas
le plongeur

debout
dans le couloir regardant
passer
les vagues assagies
qu’est-ce qui a changé
pour
le cours des choses
______sinon
qu’il est ressuscité
je prie

qu’il crève à nouveau

.

.

À suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s