Tout est normal, 6

Par Guillaume Condello. Lire ici les épisodes précédents.

*

*

Une histoire violente

*

*

I

alors le thème d’aujourd’hui c’est :
________qu’est-ce qui vous empêche de taper ?

(je le vois sur internet
c’est écrit
au bas de la vidéo
____il a dépassé les
300 000 vues en lettres
comme celles de ce film
____300
de hoplites
musclés
en slip)

parce qu’il pleuvait
dans les couloirs
avançant

trop de monde
se croisant perdu
dans ses pensées

dans les couloirs souterrains
du RER, les bras ouverts, T’AS UN PROBLEME ?!
la musique arrachée les écouteurs T’AS UN PROBLEME ?! bousculé j’écoutais T’AS UN PROBLEME ?! les variations Goldberg ne manquait plus que T’AS UN PROBLEME ?! l’écharpe blanche dans le vent il y a des courants d’air dans les couloirs du RER T’AS UN PROBLEME ?! pas lui sans doute parce c’était l’heure d’aller au boulot T’AS UN PROBLEME ?! l’œil fou je suppose qu’on n’avait pas les mêmes goûts musicaux pourtant T’AS UN PROBLEME ?! cette intimité déjà prête à exploser disant T’AS UN PROBLEME ?! euh, vous m’avez coupé la route et mes écouteurs T’AS UN PROBLEME ?! vous pourriez T’AS UN PROBLEME ?!

je fais un geste
de la main comme
vers le bas
disant
____abandon
____________adieu
au revoir
un geste

silencieux
princesse quittant son
chevalier
sanguinaire

________il s’en va

dans les couloirs où se coulent
des masses de tourbillons
visqueux
les corps
entassés et suants
____se coulent
les instincts la recherche
d’un espace entassés
____pour survivre pour
déployer les instincts

d’agression
doit-on y voir
dans le noir comme
Lorenz____ la source
des plus hautes réalisati.ons éthiques
de la recherche sci.entifique ou de l’art
ou

simplement
la recherche d’un espace
____pour vivre
comme des rats dans une cage
____on voit
une image très forte :
______________________un rat de un kilo, quand il est coincé, y d’vient fou, y se jette sur vous, et vous en tant qu’humain vous faites 70 à 80 fois plus le poids du rat, et pourtant vous partez, parce que lui il vous lâchera pas, il est en mode animal, il est reptilien, ok ?

pensant
aux gestes aux réflexes aux mots
sans doute
qu’il aurait fallu fi.èrement lui jeter
comme
des fleurs ou des armes
au visage
____perdu dans la foule
triste

– donc qu’est-ce qui vous empêche, eh ben, en fait, c’est votre cerveau. En fait euh votre cerveau ça peut être un super allié mais ça peut être votre très très gros ennemi donc en fait c’qui faut c’est arriver à canaliser tout ça, et vous allez voir qu’on peut être champion d’arts martiaux, on peut être expert en arts martiaux, en sports de combat, et on peut être bloqué, le cerveau peut bugger, et là est le problème.

cherchant en soi
____sous le coup répété
du sang
le murmure informulé
sur le parking
____pour une place
pensant :

sous la pluie

assis fumant dans
la voiture garée
la main sur le démonte-pneu
pensant
ne pas sortir ne pas
y aller ne pas

le tuer

sous la pluie

c’est c’qu’on appelle le « verrouillage génétique » chez l’humain. C’est lié à plein de choses hein, des hommes des cavernes, donc j’vais pas l’expliquer maintenant mais
____y a des raisons,
et donc cette particularité fait que si on comprend pas, on s’dit, « ouais, y a un blocage, qu’est-ce qu’y s’passe, j’vis un blocage au niveau du cerveau », hé ouais, c’est c’fameux verrouillage ; donc on apprend, avec des techniques liées à l’hypnose, aux neurosciences, à débloquer ce « verrouillage ».

marchant
dans des couloirs de souvenirs il ne faut pas
t’énerver comme ça dit-elle

la main dans le mur
pensant
mâchoire serrée
le poing
blanchi

à ces instincts qui
se transmettent qui
le premier
a trouvé les mots
pour la dire

la rage
première

muette animale
et l’enfermer dans
les mots

les écouteurs sur les oreilles

il s’en va
muet

*

*

II

je me souviens
____petit
des longs trajets en voiture
je répétais dans ma tête
en boucle
____des mots

merdemerdemerdemerdeMERdeMERdeMERdeMERdemerDEmerDEmerDEmerDEMERDEMERDEMERDEMERDEmerdemerdemerdemerdeMERdeMERdeMERdeMERdemerDEmerDEmerDEmerDEMERDEMERDEMERDEMERDEmerdemerdemerdemerdeMERdeMERdeMERdeMERdemerDEmerDEmerDEmerDEMERDEMERDEMERDEMERDEmerdemerdemerdemerdeMERdeMERdeMERdeMERdemerDEmerDEmerDEmerDEMERDEMERDEMERDEMERDEmerdemerdemerdemerdeMERdeMERdeMERdeMERdemerDEmerDEmerDEmerDEMERDEMERDEMERDEMERDEmerdemerdemerdemerdeMERdeMERdeMERdeMERdemerDEmerDEmerDEmerDEMERDEMERDEMERDEMERDEmerdemerdemerdemerdeMERdeMERdeMERdeMERdemerDEmerDEmerDEmerDEMERDEMERDEMERDEMERDEmerdemerdemerdemerdeMERdeMERdeMERdeMERdemerDEmerDEmerDEmerDEMERDEMERDEMERDE

dans les vagues balloté jusqu’à
l’hypnose
frappant les tons
jusqu’à
les vider de leur sens les vider

de leur sang frappant dessus avec
l’intonation
frappant
comme on s’acharne sur un cadavre

déjà
inerte
comme moi qui regardais
défiler par le carreau
tous ces paysages plats
images
sans épaisseur et la lame
absente
que j’y promenais coupant

tout
par le milieu
rien
ne s’en écoule

– pas même le sang
des choses

*

*

III

sous la pluie
non car
il faisait beau
ce jour-là
(sans doute) :

parce qu’elle était convoquée par le père parce que c’était une famille phallocrate parce que c’était une mentalité particulière c’est ce qu’il disait parce qu’il n’avait jamais réellement aimé leur mentalité « arriérée » comme il disait et pourtant il avait la même manière d’être les rôles masculins et féminins ont toujours été répartis suivant des modèles traditionnels et anciens il n’était pas question de remettre ça en question l’homme s’occupait des travaux extérieurs et la femme de l’intérieur de la maison et du reste on ne parlait pas de ça parce que le soleil tapait peut-être trop fort parce que la pluie tombait sans doute je ne me souviens pas parce que je ne suis même pas certain qu’on m’ait dit le temps qu’il faisait parce que je ne l’ai pas demandé parce que je n’étais pas présent bien entendu au fond c’est sans doute pas ça parce que les individus sont libres et que ce n’est pas la météo qui détermine leurs actes ni leur mentalité ni la sociologie ni la biologie ni l’histoire la géographie ni le destin ni rien alors quoi parce qu’il s’agissait d’argent qu’elle dépensait c’est ce que son mari disait il l’accusait de dépenser tout l’argent parce que c’était une façon pour lui de se défendre c’est ce que je me disais après coup parce que je n’étais pas présent bien entendu parce qu’il la battait parce que tout le monde le savait et qu’elle s’était réfugiée déjà chez ses sœurs c’était pas la première fois parce qu’il avait dit qu’elle dépensait tout l’argent et que c’était pour ça qu’il la battait parce qu’on ne sait pas trop ce qui se passait le père avait accepté de la convoquer pour tirer ça au clair parce qu’il voulait entendre de sa bouche ce qu’elle avait à dire elle devait rendre des comptes parce qu’une femme devait toujours rendre des comptes pour eux parce que c’était une mentalité particulière c’est ce qu’il disait parce qu’un des beaux-frères avait accepté qu’il soit présent dehors derrière une fenêtre et il écoutait parce qu’on était dans une sorte d’opéra de folklore italien dans une nouvelle de Mérimée dans un opéra parce que c’est plus romantique c’est une mentalité particulière même la mafia c’est une mentalité particulière à ce qu’on dit parce que c’est plus romantique parce que si on leur demandait s’ils connaissaient des gens qui avaient été en contact avec la mafia le silence était gêné parce qu’il écoutait derrière la fenêtre je crois je ne sais pas les détails s’embrouillent c’est plus romantique on pense à Roméo et Juliette à Cyrano et pourtant il n’y avait pas de balcon parce qu’ils habitaient au rez-de-chaussée et par conséquent il n’y avait pas de balcon elle rendait des comptes et elle avait dit que ce n’était pas vrai bien entendu qu’elle n’avait pas dépensé l’argent parce qu’il n’y en n’avait pas tant que ça de toutes façons ce n’était pas la vraie raison c’était inévitable parce que les dieux eux-mêmes n’auraient pas pu s’y soustraire parce qu’il était devenu fou c’était inévitable parce qu’il faisait trop chaud ou bien c’était la pluie il était devenu fou parce qu’on ne sait pas ce qu’il s’est passé à ce moment-là sans doute certains le savent parce qu’ils étaient présents je ne le sais pas parce qu’on ne me l’a pas raconté parce que je n’étais pas présent bien entendu parce que les versions divergent les histoires s’emmêlent les silences sont gênés je ne sais pas parce qu’ils ont commencé à ce moment-là à se battre c’était dans leur ancienne maison devant sur la terrasse il était très costaud il frappait parce qu’il était devenu fou parce qu’il avait cogné dans le nez d’un des fils il saignait parce qu’il l’avait jeté au sol d’un seul coup de poing parce qu’il était costaud parce qu’il était devenu fou le fils s’était relevé il était devenu fou lui aussi parce qu’il détestait leur mentalité les poings blanchis parce qu’il avait ça quelque part en lui peut-être les poings les coudes le plat de la main la tête contre les murs parce qu’il s’était relevé et l’avait cogné à son tour la tête en arrière partie contre les murs et frappant ne pas le tuer ne pas retenir les coups parce qu’ils étaient tous mêlés tous agrippés le sang la sueur déjà coulait ou la pluie on ne sait pas et les poings blanchis dans tous les sens frappant le bruit et les cris on entendait sans doute parce que je n’y étais pas bien entendu parce qu’il était tombé parce que le père était sorti il n’avait pas compris il avait pris un coup aussi je ne sais pas exactement ce qui s’est passé personne peut-être ne le sait parce que les histoires varient parce qu’il s’agit d’honneur parait-il l’évolution a amené à ritualiser la violence pour en limiter les effets pourtant ce n’est pas un mécanisme purement évolutionniste parce que c’était une mentalité particulière je ne peux pas la comprendre parce que le père avait reçu un coup sans doute et les frères s’occupaient de lui et le frappaient et se battaient parce qu’il était très costaud le père était rentré dans la maison ils étaient juste devant il avait toujours été très nerveux je ne l’ai jamais vu mais je le sais parce qu’on me l’a raconté parce qu’on l’a vu défoncer des meubles à coups de poing il était très nerveux c’était une mentalité particulière parce qu’il avait pris un couteau dans la maison il était ressorti parce que les autres se battaient sur la terrasse il était sorti la lame découverte la pluie tombait sur la lame parce que c’est plus romantique ou le soleil parce que je ne sais pas quel temps il faisait je n’étais présent bien entendu le soleil tapait trop fort il était costaud ou la pluie il avançait les yeux aveugles sans doute d’un coup il était devenu fou parce que c’est plus romantique et les individus sont libres ou la pluie ou ce n’est pas ça ou la lame ce n’est pas ça le soleil parce que ce n’est pas ça qui l’a poussé à sortir un couteau et avancer et les yeux aveugles et

la lame entre et
____sort
laissant
s’épanouir

au côté droit
____une rose

rouge

*

*

À suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s