Tout est normal, 5

Par Guillaume Condello. Lire ici les épisodes précédents.

*

*

Amour

*

*

en route
____sur la mer de

l’alcool tangue
à deux nous marchons
ivres____morts
vivants
vers son appartement où
nous mangeons

j’écoute :
devant une assiette de patates molles viande
sèche vidée de tout
désir vivant
j’écoute :

comment est-ce qu’on peut être dans cette fraternité, vers moi, couteau pointé il se penche, appuie les mots qu’il me plante dans les yeux
____Guillaume, fonction phatique rappel à l’ordre (j’étais sans doute distrait ?) une simple communauté de sentiment je ne saurais dire même si tu ne le dirais peut-être pas comme ça, il pique un morceau de viande en sauce mais je le sais, dans sa bouche, bien sûr ça y est, il mastique (comment fait-il pour parler oui, je le sens, aussi vite et manger sans confondre les fonctions,
____mordre
les mots mâchés,
____sa bouche est une mécanique mais hyper-sophistiquée après tout,
et je vois ses dents par intermittences et sa langue qui fait tout à la fois – toucher goûter parler lécher) hein,
___________________________(une question ? non, écoute)
________à nouveau panoramique embrassant toute la pièce y a pas toujours besoin de me regardant (souriant) le dire pour le penser, je souris mécaniquement, et alors aussi, comment on appelle neurones miroirs ceux qui s’activent comme être dans cette fraternité, ceux d’en face putain, avec effort peur de lâcher le mot il fronce les sourcils sans affectation avec
________amour,
quand on n’est pas soi-même à la hauteur de
ce qu’on veut
____faire,
________et être,
être au quotidien,
et jour après jour,
________être il a appuyé sur ce mot
et que l’on fait souffrir les gens qu’on aime

Alors, comment on fait ?

je tangue
au-dessus de mon assiette l’esprit
tangue
au-dessus des eaux

comment on fait
____l’amour
à inventer
____dans les
gestes c’est une
____danse ?
(il ne s’agit pas uniquement de sexe)
je repense
____aux courbes de ce corps
____souple et ferme et tendre comme
rien ce n’était pas

un paysage ou
un fruit juteux ou
un animal furi.eux ou bien docile ou
souple ou
la mer et l’amour qui ont l’amer pour partage
la mer où________l’on s’abîme
aussi bien qu’en l’amour
____sur le bord du rivage où
il est doux
____de contempler la tempête
des corps
d’un parfum chargé de nonchaloir
non
on ne dit pas ces choses-là
non

ce n’était rien
____que l’amour
s’il faut nommer cela
glissant entre les doigts
un poisson
souple argenté
filant dans l’eau
noire
ou un poison
____de chair
délicate comment peut-on aimer

plusieurs
corps et âmes
en même temps
enfin réunies
sans jamais avoir été séparées

je me souviens d’un ami
il m’avait dit les
corps incontrôlables
dans la rue
____aussi
et presque le caniveau
le plaisir noble innocent
que seuls les chiens
savent
il me disait
l’arrivée essoufflée dans son appartement
ce que ça signifiait
de voir un lit déjà
défait

il me disait
la tendresse des draps le lendemain tachés
de sang
une carte du tendre ou bien
païenne

une forme d’offrande au plaisir
mais
____le sang
____peut-il
____________être innocent
(les prêtres n’avaient pas réussi
à former son cœur d’argile pure
désarmés devant
ce qu’ils ne savent pas voir
les gesticulations innocentes
des corps
et leur musique nue)

[…]

je reprends un verre
de vin ____lourd mon œil
fixe
la viande morte
dans mon assiette
comme un reproche

[…]

et cet autre :
cherchant à résoudre le problème
à trois corps
et leurs trajectoires dans le temps
au hasard
mais la science n’était d’aucune aide

cherchant :
comment satisfaire les désirs et
la fidélité
____sans plus de dissonance
entre l’être____et le faire et le dire ;
ce qui est,
je le déclare sans hésiter,
le but le plus__élevé
que l’on puisse se fixer…
____la fidélité
aux faits_______non

doit-on nécessairement
vivre
une crucifixion en rose
pour être fidèle
à la vie la littérature
c’est tout un
je me souviens
d’un poète lisant ses
poèmes parlant de son
poly-amour
et de sa queue
____dure
du con joli de sa femme
de toutes ces adorables
salopes
____(je cite)
et de son amour

je me souviens
de la littérature dans
un numéro d’Union que m’avait présenté un chauffeur de camion-poubelle Elle
a posé sa main sur sa chatte, et m’a glissé : « Allez-y, André, vous pouvez toucher, si vous voulez…
c’était l’été je faisais ripper en intérim j’étais à l’arrière du camion accroché aux odeurs rances Elle
ne sentait presque rien, elle était fraîche, dans les virages ce qui m’a donné envie de la posséder goulûment avec ma bouche !
et les allées des quartiers de villas des gens nous regardaient
semblaient nous attendre Mon érection
devenait douloureuse tellement j’étais excité. le chauffeur roulait très vite et je flottais derrière J’avais une folle envie de la pénétrer, de la remplir…
il s’était arrêté pour discuter avec une femme blonde J’ai commencé à la laper, mon nez dans la moiteur intime. qui nous attendait des perles de rosée sur les parois de son vagin, il était remonté disant : j’enfouissais ma langue dans son gouffre secret tu connais ? …je ne pouvais détacher mes yeux en me le tendant son triangle soyeux il y avait une femme avec le sexe poilu. Non je ne connaissais pas mais j’avais compris Je lui ai encore fait un compliment sur sa toison fournie
____il m’a dit : « Anita, ton vagin n’est pas un vagin, c’est un nid intime, je voudrais y mettre mon petit oiseau pour y lisser mes plumes ! elle (le pouce vers la femme) si tu veux je la connais bien mais Laisse ton petit oiseau dans mon nid vaginal ! faut pas lui en promettre, il suffit d’un mot : Tu peux y pondre un œuf et même une demi-douzaine ! Nous allons faire notre omelette intime ! »

________________il était marié sa femme

elle aussi participait
aux rencontres
dans le monde
je repense au poète
dans son tramway rentrant
des douleurs du travail
à la masse
des chairs entassées accroché à
un livre____nu
pour seul amour
le chauffeur aussi peut-être
composait
au volant
des poèmes ?

[…]

encore un verre
rouge et roule
la conversation
tourne
(autour de cela____ encore l’amour)
en orbites
____silencieuses
tournent
les vaines gesticulations des corps doit-on
en avoir honte
____et la poésie
doit-on en avoir honte

____« … des poèmes d’amour ? »
c’est mon tour le silence
au-dessus des assiettes des verres
____je tiens mes couverts
inutiles

ne pas les poser
une déclaration trop solennelle ou
de conflit____non
je dis

pâteux,
la bouche encombrée la viande trop sèche
et moi
trop imbibé trop ivre____mort comme la viande
non
lentement j’ouvre la bouche
encombrée de____pierres
durcies comme la pierre la bouche
ne répond pas____je ne sais pas
comment dire
la fidélité en foule
cela____rien
comment dire tout cela
l’amour
____les corps
la poésie
il faudrait
cent bouches pures et une lyre à mille cordes
je dis

je n’ai jamais réussi à écrire des poèmes pour les personnes que j’ai profondément aimées

silence, respiration

je n’ai jamais réussi à écrire des poèmes pour les personnes que j’ai profondément aimées

____________(l’esprit plane au-dessus des eaux)

silencieuses
les eaux
____coulent
lentement
vers________la mer
murmurent dans les remous
c’est aussi un long poème
muet
je regarde passer les
poissons
brillants
un filet à la main pour
____les laisser
____échapper
eux aussi
____aiment sans doute
… et m’abîmer dans la contemplation
d’un sillon tendre
derrière eux____lumineux
comme une phrase effacée
à la mesure
de ce qui
se tait

je me souviens aussi des premiers
essais
pauvres poèmes comme
des insectes froissés au sortir de la chrysalide
d’un désir encore
informe

sagement sur les bancs de l’école
deux points ouvrez les guillemets vous êtes Cyrano et vous écrivez un mail à Roxane pour lui avouer votre amour
en votre nom propre
une simple extension de papier de
la chair
plus vrais en un sens que la poésie et
ses colliers de perles
fausses
____plagiant sans le savoir encore
le désir
des autres____restes ramassés
____sur la plage la marée apportant
les épaves de poèmes lancés déjà depuis des siècles
arrivant____défigurés
à mes pieds
je ne savais pas qu’il fallait du travail

pour écrire un poème
d’amour

[…]

il dit : … comme dans les films de cul ?
– oui… sans doute … non… je sais pas trop
____(j’ai perdu le fil

dans le sable)

[…]

sur la plage on entend la musique inlassable
les doux aveux silenci.eux des vagues bleues
et dans la salle à côté j’entends ma collègue
hurler
« le Poème/
De la mer,
comme si la mer avait été un poème »

les élèves
se replient lentement comme
de la viande ou____ de la chair
attendrie
par
les coups_-_-__hurlés
___________-___en grêle
leurs corps
sur la souffrance sur les chaises
entre eux et moi coule encore
lactescent
un désir____innommable
faut-il en avoir honte ?

[…]

dehors les arbres
muets
observent impuissants :

« t’as jamais eu envie de te taper une de tes élèves ? »

[…]

dans le silence de la classe
sur les visages découpés par la lumière
j’écris______amour
une élève lit
l’Histoire de la sexualité prêté
par moi elle
s’intéresse beaucoup à la question du genre
je l’aime ___bien
s’agit-il
de désir____bien
entendu mais
on ne dit pas ces choses-là on
pourrait croire qu’il s’agit
de sexe
– non
bien entendu

simplement :
on voudrait parfois
embrasser
____tout
dans l’oubli des corps et des sexes
dans l’oubli
de ce que l’on appelle
____lle désir
dans les bras sans limites

d’un même amour
innommé

*

*

À suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s