« Tout est normal », 2

Par Guillaume Condello. Lire le premier épisode.

Périphériques

I.

circulaire tourne l’air
et la poussière
noire tournent
sur le périphérique
_____des billes
lancées
_____tournent et
tournent
les voitures les couleurs
dans les cases vides où
les yeux fixent
_____vide la roue de
la fortune par les fenêtres
passent__________les voitures
et les murs gris tissent
du silence à chaque
passage
navette__________hurlante
accélérée
et l’immobilité à nouveau
dans la trame____du silence
particules________accélérées
sous les yeux aussi

de la tristesse en contreplaqué
en tôle en plastique en dénuement de chiffons
bouteilles vides poussettes rafistolées en
fils de nylon
en tout
ce que l’on peut ramasser
_____sur le bas-côté
regardent
en attendant la collision

et de nouvelles particules
hypothétiques
toujours tournent
_____rapides
silence
et repassent
un cosmos tout neuf soudain
pour éclore

écrasé sur lui-même
quelles nouvelles particules
quels nouveaux corps
_____innommables
figés__________déjà
_____une case
dans le tableau du hasard

rien
n’espère plus
l’éclatement des choses
nues rien
la machine tourne et
tourne
sans accroc_____rien
ne l’entravera__rien
ne viendra déchirer le voile
pour voir derrière
_____l’horizon des choses nues

II.

noire liquide
où les confins se perdent
du corps
vide
sur l’eau un bateau

de l’autre côté
sur la mer sans moissons
regarde
les banlieues du silence

ils ne pensaient pas trouver
au pied des tours
un peuple de bandits et
sans justice
de sauvages
_____ou bien
respectant les dieux
dans les livres des
sociologues
ethnologues anthropologues
une longue procession
les aèdes
parlent
pour la racine muette

la nuit
sous le projecteur borgne
jaune pisseux
coulant sur leurs têtes
pour conjurer le noir
_____pisseux
jour continu sur
parkings
les yeux baissés
_____crevés par le silence
regardant

l’œil unique en haut
intranquille qui
voit tout et
_____ne voit rien
baigné de lumière
la nuit dans l’œil
_____la télé
vêtus de peur liquide
rien pourtant
ne viendra jamais crever
la lave durcie
_____des choses
quotidiennes

(à part pour
quelques feux
à la Saint-Jean
à l’horizon
_____bouché
— le lendemain aura un goût de cendres froides
et tout recommencera
comme hier)

regarde
dans la tête
pour oublier
un rythme
_____lourd
au pied des
_____tours
une main
immense
même vingt-deux solides chariots à quatre roues
si colossal était le bloc dont il boucha l’entrée
_____du quartier
(c’est ce qu’ils disent
_____à la télé)

regarde
derrière la vitre roule
dans le silence brûlé
des murs gris

tu croises un regard peut-être
les yeux levés vers
l’œil unique
en LED
aveugle

III.

[…]

sur le parking de l’usine
les places des employés
sont vacantes

[…]

les arbres sont impassibles
un peu plus ébouriffés
par la nuit

[…]

dans la devanture vide
la poussière des couleurs
étranglées

[…]

l’herbe au pied des bâtiments
se nourrit de la substance
du silence

[…]

dans l’absence de tout lieu
où se tenir où parler
vertical

[…]

à chaque élection remontent
les fragments d’une chronique
de l’oubli

[…]

les nuages ont remplacé
la fumée les mots pour dire
cette absence

[…]

les corps délocalisés
les gestes reviennent comme
des fantômes

[…]

en attendant la reprise
en attendant le retour
l’hinterland

[…]

IV.

qu’ai-je bien pu voir
au fond
de mon canapé
sur l’écran où danse
_____macabre
sur mon visage dans le noir
les coulures d’un
sourire de
toutes les couleurs des
drapeaux fluo du
réel_____non

enchaînés
dans la caverne sans dehors
au portail
je ne vois pas
derrière l’écran de
fumée noire des
pneus qui brûlent
_____encore
des manifestants des ouvriers
au portail

depuis bientôt cinquante ans _____cent ans depuis
_____toutes les révolutions des siècles que

la terre n’est plus bleue
oranges écrasées
et du lait déversé
en offrande en
pleine rue pour la rage

devant les dieux impuissants
j’appuie sur le bouton éteins
sur la surface de ma rétine
l’image insiste
un monde en miniature
inversé

retour au sommaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s