« Tout est normal », 1

Par Guillaume Condello.

I. « Sur la plage »

sur le boulevard

les passants passent
le corps léger
_____vacant
les vitrines
brillent
ce n’est pas encore le temps
des élégies
_____tout est normal

il y a des magasins
des__boules à neige
made in China et dedans
_____des chaises bleues

(mais ici, jamais, il ne neige)

sur le boulevard
vacant
_____marche
emporté nage un insecte
vers la mer
au milieu des corps certains
ont fait de la musculation
sur le ventre
des autres
_____une pochette
rebondit

et entend à peine
_____le murmure de
la mer
plus loin
parle du temps d’avant
le temps
_____du béton

regarde
_____devant attroupés
un essaim silencieux de visages
crispés
sincères
_____et de curieux
sincères
_____« Toutes les fleurs, les peluches, les messages et les objets actuellement sur la Promenade des Anglais seront donc déposés au Kiosque à Musique par les services de la Ville de Nice. Par la suite, ces objets seront conservés en mémoire de ce tragique événement »
la Ville elle-même
le dit
______dans un communiqué

_____avance
cherche l’emplacement Ici,
au bord de la Méditerranée,
_____pas de Marianne comme sur la place de la République à Paris.
Mais un palmier

au dos du journal_____Nice-Matin
quatrième de couverture
JE SUIS NICE
blanc sur noir mais
à côté il y a la silhouette brisée d’un
_____palmier le tronc encore droit et la tête
renversée
qui a eu cette idée
_____au pied duquel repose une montagne
de bouquets.
__________Un cœur rouge.
Une paire de tongs.
_____Un dessin d’Emy, 7 ans,
frappé des mots
« Liberté, Egalité, Fraternité ».

avance_____pas
après pas on n’est
pas encore arrivé on
s’approche du lieu
avance
sacré tremblant_____peut-être
la Ville elle-même
l’entretient :

Le mémorial est touché a minima.
_____Les mots restent. Et ne s’envolent pas.
Les peluches continuent d’apporter un peu de douceur,
_____ronde enfantine qui danse sur la douleur de la Promenade.
Le mémorial, entretenu, choyé, sacralisé,
restera au kiosque à musique le temps qu’il faudra
_____pour faire le deuil.
Le temps des prières et de la vie, qui, tout doucement reprend.
Face à la mer.
Face à la mort.

referme la page du journal
face à la mort
n’entend plus
assez_____n’entend plus
la poésie c’est de belles phrases n’est-ce
pas
est-ce qu’on peut l’excuser
ici est-ce
décent_____véridique
et son scandale
(il y a bien des mots, des dessins, c’est un fait)
les coulures rouge sang
_____de cire sur
les murs
_____ne disent rien
blanches
il ne manque que le bleu_____au-dessus
d’autres drapeaux____________têtes de mort
noir et rouge
des supporters
des gilets de cuir
des motards gros nounours
des yeux de plastique
figés___sourire

________déplacé
marche ici_____au milieu
des bouts de papier
s’agitent
des mains minuscules des
animaux
coquillages sur un rocher à
marée basse
je
ne sais pas ce que
je_____ressens
les mots étouffent
les morts
assez

va
sur la plage des fleurs
alignées contre la rambarde
(d’ordinaire des vieux y viennent
en groupe
y repasser leurs souvenirs
photos froissées – ou se taire
et attendre_____les yeux fermés
au soleil)

derrière les barrières de sécurité
______comme devant les écoles pour
la sécurité de tous
nous dit-on
les fleurs attendent les yeux fermés
au soleil

il y a la queue
_____pas de tickets
pour avancer (spontanément ?
pas de panneaux indiquant la direction alors sans doute ce sens, de la droite vers la gauche, étrange, généralement de gauche à droite, une réminiscence de la lecture, on lit l’espace, ici on pourrait lire les fleurs, quel texte, non, remontent le sens, courant s’est formé, eau tourbillonne de plus en plus, dans les pierres, pas encore trouvé son équilibre, change et bouge, tourbillons se stabilisent, agitation se stabilise, se calme, se dessinent des courants, sillons de l’eau dans un champ liquide, des fleurs en train d’y attendre,
et l’eau couler)
et s’arrêter
se pencher
sur les messages qui attendent
et se taire
au soleil
rien d’autre que ça, prier, bien sûr :___Marie-
se taire________________________________France, retraitée
penché________________________________près de Cannes
avec l’attitude appropriée_____________se signe
faire le touriste se convaincre_________religieusement
d’être seul_____________________________avant d’avoir une pensée
ou bien tous en communion, muets___ pour ses quatre petits-
hors cadre_____________________________enfants. Son fils, chef
enchanter le monde, le nier___________d’entreprise, relève la
à parler aux fleurs et au silence_______tête. « Il faut faire preuve
oublier les_____________________________de détermination, ne pas
barrières______________________________se laisser abattre par
la foule________________________________la barbarie », martèle-t-il
_____– non
_____ne peut pas
_____non
_____marche aussi en touriste des morts
_____ne peut pas_____oublier
le cadre
panneaux de bois des papiers punaisés ou
scotchés claquant
dans le courant
_____d’air

tourbillonnant

_____Devant lui,
une carte postale, mémoire de nombreux drames :
à gauche,
_____« Je suis Charlie »,
_____« Je suis Paris »,
__________« Je suis Orlando », « Je suis
Nice »,
« Je suis Bagdad », « Je suis
Bangladesh »… ; à droite,

_____« Je suis épuisé ».
comment savoir_____ce que
_____je suis
___________________ce que
ressent sur la plage
en-dessous
il y a des enfants
pleins de crème solaire ou
glacée
sur leur bouche
étalée
un sourire
_____déplacé
leurs parents_____reposent
au soleil je me dis
qu’ils brûlent

on sent
les rouages des mots qui tournent et le bruit
continu qu’ils font courir
le courant qui passe
_____entre les syllabes sur
la peau_____grondant
charriant tous ces corps
tournent et tournent
au fond de la cuvette
aspirés l’eau s’évacue
gargouille on ne comprend pas
on n’en parle plus
aspirés
évacués tournent et tournent
emportés la gorge la bouche
pleine
_____la tête
sous l’eau
en crue_____crie
cherche
un point d’appui un poteau un feu de signalisation
emporté
emporté je ne veux pas je ne veux pas
être Nice
je ne veux pas être solidaire je ne veux pas
que l’amour vainque
la haine je ne veux pas
je veux juste savoir
ce qu’il y a sous la surface
des phrases sous le visage
sinon rien
à qui l’on appartient
_____
_____
et pourtant
ressens
suis
et la nécessité de dire

il faut un point d’appui il faut
ce secours dérisoire
des mots apposés sur
_____le mugissement silencieux non
ne rigole plus
et mettre en ordre_____le mugissement
pour nommer cela
avec des paroles désaccordées
à l’époque non
elle n’a que des mots
d’ordre
écoute
il faut
plus de justice sociale il faut
rétablir les contrôles aux frontières
il faut plus de sécurité
il faut nettoyer les quartiers gangrenés
_____de la République
il faut réguler internet
il faut prolonger l’état d’urgence
il faut accepter l’idée que nous sommes en guerre
il faut accepter l’idée de limiter nos libertés
il faut accepter
c’est inacceptable
on ne peut pas accepter de tuer des enfants
il faut trouver des solutions
il faut se dire qu’il faut trouver des solutions
nous pleurons
nous sommes recueillis rassemblés oui
blessés
mais nous ne sommes pas abattus
nous allons nous relever être plus forts qu’avant
assez

n’en peut plus
silence_____pitié
coule ma bouche
recrache
gorge
pleine
tourne la tête
sur la droite
regarde
écoute

la plage l’eau
s’efforce sans cesse
bave au coin des lèvres
et l’œil roulant, fou
personne n’écoute
ça parle d’avant
le temps du béton
ça parle ça dit
rien
les cartes postales elles
disent
_____tout est normal
sur le boulevard

les gens_____marchent
ce sont des objets
eux aussi_____marchant
achètent des choses
on voit_______achètent des choses
terrifiant
les yeux grand ouverts
terrifié
_______marche
je_____marche
marche et je crois que je sais
je sens que je sais ce que je sens
monte comme une boule au fond de l’estomac
noué
dénoué
remonte comme une gerbe de fleurs
je vous les vomis
je vous vomis
tous
objets chaises poubelles fours à micro-onde éviers bureaux et tous les crayons les gommes ordinateur clavier souris écran tablettes tabourets et tous les câbles tables leurs coins m’arrachent la bouche
tout ça enfermé
dans le ventre de la bête
t-shirts lunettes casquettes CD chaînes et docks pour_____la musique pots et poutres couteaux et fourchettes tubes bocaux tuyaux tous en gerbe
sur la plage
corps inertes noyés
aux couvertures de magazines
avant d’être oubliés sur un banc
ça sort
coule
presque plus rien lentement
ça s’arrête
ça y est

_____vidé
_____
_____

Sous la glace l’eau est noire. Ne pas marcher sur les fissures. Regarder, parfois, les cristaux froids sur les branches. Tout est calme, avance. Glisse, parfois. Avance. Tout est normal. Ne pas penser à.
Ne pas penser.

À suivre…

Retour au sommaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s